( Par Marc Vachon )

Vous êtes parmi ceux et celles qui rêvent de changer de vie? Selon une étude OpinionWay réalisée pour RTL-20Minutes-Les Echos, les trois quarts des actifs en France veulent changer de vie, de région ou de métier. En tête des envies, 69% voudraient notamment changer de région et 66% d’emploi.

 Un autre sondage (Les jeunes et la société de demain) consacré aux 18-34 montre que les deux tiers des sondés (67 %) pensent que la société de demain ne leur permettra pas de réaliser leurs rêves. 34 % d’entre eux seraient même prêts à s’expatrier, 41 % songeant à le faire définitivement. Ces résultats confirment une autre étude effectuée par Viavoice pour W&Cie en début d’année, qui indiquait que la moitié des jeunes étudiants et professionnels désiraient, si possible, vivre ailleurs.

Pour plusieurs, ces données confirment les sentiments de ras-le-bol (c’était même là le mot de l’année en 2013 en France), de lassitude, de démotivation, de désillusion qui imprègnent le milieu ambiant et que véhiculent à qui mieux mieux les média et blogs de toutes sortes.

 Ces sentiments sont sans doute justifiés par des conditions réelles, une crise et des espoirs déçus. Et ces données statistiques confirment aussi, à mon avis, un appétit de changement profondément ancré chez l’individu. Et s’il s’alimente dans des conditions extérieures, il reflète aussi le désir d’être davantage, d’étendre ses horizons, de prendre son envol, en un mot de grandir.

Pas toujours facile de changer de vie

La donnée qui m’interpelle davantage dans le premier sondage, c’est que 94% des personnes sondées admettent que la démarche de changement est difficile. C’est le cas quand le changement se fait malgré soi, après un licenciement ou une fin de contrat. Un changement non choisi provoque toujours une secousse, dont l’intensité sur l’échelle de Richter dépend évidemment de son ampleur. Mais il ne faut pas croire que c’est beaucoup plus facile quand le changement est choisi, voulu, désiré.

Il y a plusieurs années, j’ai souhaité, puis rêvé et finalement décidé de changer de vie en quittant un travail sûr et bien rémunéré dans l’enseignement pour démarrer mon entreprise de consultant. Plusieurs facteurs m’ont aidé dans cette démarche et peuvent sans doute aussi venir en aide à ceux et celles qui ont ce désir de changer de vie et qui ne veulent pas attendre d’être acculé au pied du mur par une décision administrative, un changement organisationnelle ou les lois du marché.

1- Sachez vraiment ce que vous voulez

Ne soyez pas comme la majorité des gens qui vont plus facilement se plaindre et parler de ce qu’ils ne veulent pas, échangeant à ce sujet sur des blogs, autour d’un café, etc. Ils ne se rendent pas compte qu’en centrant ainsi leur attention sur ce qu’ils ne veulent plus, ils ne font que l’activer encore davantage. Comme je me plais parfois à le dire, ON CRÉE CE QUE L’ON CRAINT.

Prenez conscience de ce qui vous manque, de vos insatisfactions: et à partir de là, formulez précisément ce que vous voulez. Vous allez ainsi vous donner une direction à suivre (pas juste quelque chose à éviter). Décider ce que vous voulez vous porte vers l’avant et permet de mettre à votre service les ressources insoupçonnées de ce magnifique outil qu’est votre cerveau. Si vous lui donnez la direction que vous souhaitez prendre, il agira alors comme un système de téléguidage et travaillera pour vous. Quand vous lui donnez la destination à éviter, il travaille aussi à vous amener là où vous ne voulez pas, surtout si votre attention y est entièrement consacrée .

(...)