(...)

2- Prenez les moyens pour bien vous connaître

C’est vital! Apprenez à bien vous connaître pour que le changement souhaité corresponde bien à vos valeurs. Ce sera plus facile si, avant même de commencer à changer de vie, vous assoyez solidement les décisions que vous vous apprêtez à prendre sur vos valeurs. Capital, donc, de bien les identifier pour ne pas que vos choix vous mettent en contradiction avec vous-même. Si vous voulez partir au bout du monde seul pendant 1 an, et que votre valeur principale est la famille, vous risquez d’être malheureux, de vous mettre vous-même des batons dans les roues, et de vous auto saboter, même inconsciemment.

En outre, si vos décisions impliquent d’autres personnes, comme c’est le cas bien souvent, il faut aussi prendre en compte leurs valeurs propres. En effet, autant des valeurs communes créent des liens très forts entre des personnes, autant les conflits de valeurs peuvent venir à bout des relations les plus solides ).

3- Fixez-vous des étapes accessibles

Personnellement, comme j’avais une famille et de jeunes enfants, j’ai préféré faire ce virage progressivement, sur quelques années, évitant ainsi de mettre en péril une valeur importante à mes yeux: la sécurité de ma famille. Sinon, je me serais infligé un stress supplémentaire qui aurait provoqué encore plus de résistance au changement. Mais cela évite aussi de se laisser paralyser par un projet trop gros, ce qui est la source de beaucoup de procrastination.

Bien sûr que procéder de cette manière a nécessité beaucoup d’heures de travail, bien plus que si j’étais resté bien confortablement assis dans mon emploi. Mais en ce faisant, non seulement je respectais mes valeurs, mais j’avançais, un pas après l’autre, ET SURTOUT je créais progressivement un momentum irrésistible qui m’a permis un peu plus tard de me consacrer entièrement à ma nouvelle carrière.

 4- Changer de vie, c’est aussi lâcher prise

 Lâcher prise peut sembler simple à première vue, mais ce n’est pas toujours le cas. En effet, changer de vie oblige à des renoncements et implique toujours de faire des deuils, certains plus importants que d’autres. Et sachez que votre résistance à changer est à la mesure de ces deuils à faire, d’où l’importance de bien les identifier.

 Vous devrez nécessairement faire le deuil d’habitudes, de façons de faire qui vous sont familières, mais qui ne fonctionnent pas pour vous rendre là où vous le souhaitez. Dans mon cas, j’ai dû par exemple laisser derrière moi des personnes que j’appréciais beaucoup.

 Il se peut aussi que vous deviez lâcher prise sur des désirs irréalistes, renoncer à des idées ou même à  certains rêves que vous avez. C’est une illusion de croire qu’on peut tout faire quand on veut. Mais que ce ne soit pas une raison pour ne pas rêver et vous enthousiasmer pour un projet.

(...)