(...)

5- Soyez bien armé psychologiquement

Je suis convaincu que je n’aurais pas réussi des changements majeurs dans ma vie si je n’avais pas eu autant d’outils psychologiques pour m’appuyer, pour dompter des états d’esprit plus paralysants et, surtout, pour entretenir des émotions aidantes. La peur, la nervosité, la timidité, la tristesse, la solitude, l’anxiété, l’inquiétude, l’ennui, l’impuissance, la confusion, le doute, l’insécurité, l’impatience, la frustration, la culpabilité, le sentiment de ne pas être à la hauteur ou inadéquat… Voilà autant d’états d’esprit qui peuvent vous accompagner à divers moments quand vous voulez changer de vie, et c’est tout à fait normal.

Vous devez apprendre à provoquer en vous de l’enthousiasme, de la curiosité, de la gratitude, de l’émerveillement, de la créativité, de l’assurance, de l’audace, de la considération, de la compassion, de l’humour, de la passion, de la détermination, de la vitalité, de la confiance, de l’estime pour soi.

Est-ce que le fait d’être psychologue m’a aidé? Sans aucun doute. Mais je crois surtout que mon désir d’apprendre des moyens pour être heureux et ma détermination à les appliquer à chaque jour ont été les facteurs les plus déterminants.

6- Apprenez à bien vous entourer

C’est certain que ma capacité à entrer en relation avec d’autres personnes m’a permis d’accélérer le changement de carrière dont je rêvais. J’ai développé ces habiletés avec les années, apprenant surtout à bien écouter.

Quand je regarde en arrière, je peux facilement voir des dizaines de visages de personnes qui m’ont donné ma chance, qui m’ont offert des occasions d’avancer, des gens sans qui je n’aurais pas atteint mes objectifs.

Je constate aussi que j’ai volontairement mis de côté des personnes dont les conversations minaient mon moral ou qui pouvaient me donner le sentiment de valoir moins que ce que je vaux. Comme j’ai appris à faire le jeûne des médias qui, bien souvent, distillent la peur .