CHEMINS DE VIE

03 mars 2017

LINKY, FUTUR ENNEMI PUBLIC NUMERO 1 ?

JE REVIENS ENCORE SUR LE SUJET TANT IL EST URGENT D'AGIR? C'EST TRES GRAVE ET TROP DE MONDE IGNORE ENCORE LES DANGERS DE CET APPAREIL ET DES DEUX AUTRES QUI VONT SUIVRE ! PARTAGEZ CET ARTICLE, PARLEZ-EN AUTOUR DE VOUS, TRANSMETTEZ-LE !!! Après le scandale de l'amiante dont personne n'était "responsable "! ceci pourrait bien en être un autre  sous peu !

(Annie Lobé Journaliste scientifique indépendante.)

Explosion, incendies, personnes rendues électrosensibles et contraintes de quitter leur logement, pannes et appareils grillés par centaines, augmentation de toutes les factures : le nouveau compteur électrique Linky est un redoutable prédateur. Plus de 300 communes et des milliers de personnes réunies en collectifs Stop Linky refusent d’en être la proie.

Si on leur avait dit qu’après la pose du Linky, ils seraient contraints de disjoncter l’électricité en étant présents chez eux, Philippe R. et sa femme ne l’auraient pas cru. C’est désormais leur lot quotidien. Le jour même de la pose du nouveau compteur électrique Linky, d’intenables maux de tête se sont déclenchés chez Madame lorsqu’elle a utilisé l’ordinateur situé non loin du compteur, au centre de la maison. Par chance, celle-ci est isolée et la disjonction suffit à atténuer les symptômes. Aujourd’hui, Philippe et sa femme, qui doivent entre autres se passer de chauffage, « regrettent amèrement » d’avoir ouvert leurs portes à ERDF, responsable du déploiement de 35 millions de compteurs Linky prévus pour durer jusqu’en 2021.

Suite ici : http://www.alternativesante.fr/ondes-electromagnetiques/linky-futur-ennemi-public-numero-1

 

Posté par LUMIERE34 à 15:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 février 2017

LE JUS D'ORANGE INDUSTRIEL : LE POISON QUOTIDIEN

Aurez-vous encore soif de jus d'orange après avoir vu ce reportage?

 

 

source : http://artdevivresain.over-blog.com/

Posté par LUMIERE34 à 15:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 février 2017

les vendeurs de maladie

A vous de voir si vous faites partie des moutons ou si vous prenez vous-même votre santé en main et ne vous en laissez pas conter !

 

 

Posté par LUMIERE34 à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 février 2017

LE JAMBON : VOUS L'AIMEZ ROSE OU ... SAIN ?

Si vous voulez savoir ce que vous mettez dans vos assiettes et ce que vous donnez à manger à vos enfants - et à vous-mêmes - prenez le temps de regarder cette émission, elle vaut le coup de se renseigner un peu mieux !

 

 

Posté par LUMIERE34 à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2017

ETUDE SCIENTIFIQUE SUR DES ENFANTS VACCINES ET NON VACCINES !

Catégories : #Santé

Études sur la santé des enfants vaccinés et non vaccinés

Bien qu’aucune étude officielle n’ait été financée par le gouvernement US pour comparer la santé des enfants vaccinés à celle des enfants non vaccinés, plusieurs ont été financées de manière indépendante aux USA et à l’étranger. La majorité de ces études ont été faites à l’étranger, mais beaucoup concernent des enfants américains.

 

Que montrent ces études ? La recherche montre indéniablement que les enfants non vaccinés jouissent d’une santé bien meilleure que les vaccinés. Les enfants non vaccinés ne connaissent pratiquement pas de cas d’autisme, de troubles auto-immuns, d’asthme, d’allergies, de diabète et d’autres maladies infantiles ordinaires qui ont atteint des proportions épidémiques ces dernières années.

 Les études de recherche

L’une des recherches les plus complètes est un sondage comparatif en cours, fait par le médecin homéopathe allemand Andreas Bachmair. Bachmair dirige une étude indépendante portant sur 17461 enfants, qui compare la santé des vaccinés à celle des non vaccinés.

Cette recherche a constaté une augmentation significative des maladies suivantes chez les vaccinées : asthme, allergies, bronchite, otite moyenne (infections de l’oreille), fièvre des foins, herpès, neurodermatose, hyperactivité, scoliose, épilepsie, troubles auto-immuns, maladie de la thyroïde, autisme et diabète. Par ailleurs, Bachmair a découvert trois autres études qui corroborent ses conclusions. Pour voir le tableau de la comparaison des maladies, suivez ce lien fourni par Vermont Coalition for Vaccine Choice.

comparison-vaccinated-unvaccinated

 

Pour lire la publication complète des conclusions de cette étude, suivez ce lien.

La majorité des participants étaient des Américains, avec 25 pour cent d’Allemands. Quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ceux qui ont choisi de ne pas vacciner leurs enfants ont dit être enchantés de leur décision. Comme cette étude est en cours, le nombre de cas étudiés variera en fonction des rapports examinés. [1]

Les rapports de Bachmair ont en outre montré que les enfants non vaccinés souffrent très rarement des troubles de santé suivants : dyslexie, retard de la parole, énurésie, maladie cœliaque, sensibilité au gluten, reflux gastro-œsophagien. [2]

Selon une étude de Salzberger, sur 1004 enfants non vaccinés, aucun ne souffrait d’asthme, contre 8 à 12% des vaccinés ; 1,2 pour cent des non vaccinés souffraient de dermatite, contre 10 à 20% des vaccinés ; 3% des non vaccinés avaient des allergies, contre 25% des vaccinés ; et moins de 1% des non vaccinés ont été diagnostiqués avec un trouble de déficit de l’attention (TDAH), contre 5 à 10% des vaccinées.

Une étude portant sur les enfants de 15000 mères, réalisée entre 1990 et 1996 en Guinée-Bissau, en Afrique de l’Ouest, montrait que le taux de mortalité était deux fois plus grand chez les enfants vaccinés contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche.

Une étude néo-zélandaise a impliqué 254 enfants, dont 133 vaccinés et 121 non vaccinés. Cette étude comparative a révélé que les enfants non vaccinés jouissaient d’une santé bien supérieure en ce qui concerne ces troubles : amygdalites, asthme, éruptions cutanées allergiques, syndrome de la mort subite du nourrisson, infections de l’oreille et hyperactivité.

Les enfants vaccinés avaient des taux de maladie 2 à 10 fois plus grands que les non vaccinés. [3]

Recherche sur l’autisme et les troubles neurologiques

En Pennsylvanie, dans la communauté amish du comté de Lancaster, un enfant sur 4875 a été diagnostiqué autiste. Sur le total de quatre enfants Amish diagnostiqués, un avait été exposé aux taux de mercure élevés d’une centrale électrique et les trois autres, dont un adopté en dehors de la communauté, avaient été vaccinés. Ce taux est extrêmement bas ou nul par rapport à celui des enfants vaccinés. De même, chez les Amish de l’Ohio, un enfant sur 10 000 est diagnostiqué autiste. Dans la population des USA en général, un enfant sur 45 est actuellement diagnostiqué autiste. [4, 5]

Selon un sondage de Homefirst Health Services portant sur 35000 enfants, dont 90% jamais vaccinés, aucun n’a été diagnostiqué autiste. Par ailleurs, ces enfants avaient des taux d’asthme extrêmement faibles.

Selon un sondage portant sur 9000 garçons de Californie et d’Oregon, les enfants vaccinés avaient 155% de plus de trouble neurologique du genre autisme ou TDAH. [6]

 

Autres faits scientifiques concernant les vaccins

Dans le livre de Sally Fallon, Nourishing Tradition’s Book of Baby and Childcare [Tradition nourricière du bébé et garde d’enfants], cinq études ont été publiées, dont l’étude sur l’Afrique et l’Allemagne précédemment citée. Toutes les études concluent que les enfants non vaccinés bénéficient d’une meilleure santé que les vaccinés.

Une étude britannique réalisée en 2004 sur 8000 enfants non vaccinés, chacun accompagné de son dossier médical, a révélé que les enfants vaccinés subissaient deux à cinq fois plus de maladies et de troubles que les non vaccinés. [7]

Dans une étude effectuée en Nouvelle-Zélande en 1997, 1265 enfants ont été interrogés. Parmi les enfants qui ont été vaccinés, 23% souffrait d’asthme et 30% d’allergies, contre 0% dans le groupe non vaccinés. [8]

D’après l’étude réalisée en Nouvelle-Zélande en 1992 sur 495 enfants, les enfants vaccinés souffraient de beaucoup plus de troubles que les non vaccinés. Les maladies examinées comprenaient l’amygdalite, les infections de l’oreille, l’apnée du sommeil, l’hyperactivité et l’épilepsie. Les enfants vaccinés souffraient jusqu’à dix fois plus de ces maladies. [9]

Conclusion

Bien que les organismes gouvernementaux soutiennent qu’aucune étude comparant la santé des vaccinés à celle des non vaccinés n’a été réalisée, la réalité est que plusieurs études comparatives ont été faites par des chercheurs indépendants aux USA et dans d’autres pays.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies refusent de faire ce genre d’études parce qu’il serait contraire à l’éthique de les faire. En réalité, ces études pourraient être facilement réalisées, puisque de nombreux parents instruits choisissent de ne pas vacciner leurs enfants.

Les preuves [condamnant les vaccinations] sont écrasantes. Les études faites en Nouvelle-Zélande, en Allemagne, en Afrique, en Grande-Bretagne et aux USA en viennent aux mêmes conclusions. Les enfants non vaccinés jouissent d’une santé de loin supérieure, du moins en ce qui concerne les maladies considérées dans les études.

Références

  1. http://www.thehealthyhomeeconomist.com/survey-results-are-unvaccinated-children-healthier/
  2. http://vactruth.com/2014/02/26/unvaccinated-children-health
  3. http://www.vaxchoicevt.com/science/studies-comparing-vaccinated-to-unvaccinated-populations/
  4. http://www.vaccinationcouncil.org/quick-compare-2/
  5. http://www.thevaccinereaction.org/2015/12/cdc-1-in-45-children-diagnosed-with-autism/
  6. http://www.vaccinationcouncil.org/quick-compare-2/
  7. McKeever aet TM. American Journal of Public Health. Juin 2004. V 94.
  8. Kemp, T. et ses collègues. Epidemiology. Novembre 1997. 678-80.
  9. Docteur en médecine Fallon, Sally, Cowan, Thomas, The Nourishing Traditions Book of Baby and Childcare. New Trends Publishing, 2013. 112, 317.

Vactruth, Michelle Goldstein

Original : vactruth.com/2016/06/03/vaccinated-vs-unvaccinated/
Traduction Petrus Lombard  (source : http://www.2012un-nouveau-paradigme.com)

Posté par LUMIERE34 à 18:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 janvier 2017

LE BEBE QUI EST EN NOUS

J'aime bien clore ma journée mouvementée avec un bon livre. Souvent des romans. Mais pas toujours : celui qui occupe ma table de chevet, s'intitule " toutes les grandes questions sans réponses" (Ed Belfond). L'auteur, Douglas Kennedy, plus connu pour ses romans, couche dans ce livre confessions ses interrogations intimes sur le sens du mal-être diffus qui l'a habité durant de longues années.

Nous le retrouvons solitaire, dès le premier chapitre, sur une piste de ski, pour faire le point et prendre du recul sur l'impasse de sa vie. Un passage m'a particulièrement interpellé. Le voici : "Pourtant, en ce matin de blizzard, dans une vallée alpine, j'ai fait une découverte. Le bonheur est peut-être simplement ceci : un instant où l'on arrive à mettre de côté tout ce qui nous inquiète, tourmente, trouble le sommeil, et à s'abandonner à l'émerveillement. "

En suivant ce raisonnement, il semblerait que le bonheur soit juste notre état naturel, étouffé, écrasé par un empilement de tracas solidement incrustés dans notre quotidien telles des couches sédimentaires.

Le nouveau-né n'est-il pas simplement heureux de base, la nature ayant prévu d'inclure l'option bonheur dans sa livraison, comme la clim ou la direction assistée seraient déjà fournies sur certains modèles de voiture sans que vous ayez à le demander ?

Puisque nous somme tous déjà "équipés" en bonheur, à quoi bon le rechercher ? Quel passe-temps illusoire ! Un nouveau partenaire, encore plus d'argent, des vacances au soleil, le départ tant attendu à la retraite, des projets les plus fous ou, plus modestement, une boîte de chocolats nous rendront-ils plus heureux ? la réponse est non. Pourtant, nous tombons très souvent dans le panneau. En effet, le bonheur ne s'acquiert pas avec des choses en plus mais bel et bien avec des choses en moins. Surprenant, n'est-ce pas ? Par ailleurs, cela fait écho aux tenants de la décroissance pour lesquels le "moins" peut s'avérer "mieux" que le "toujours plus".

Il ne s'agirait pas tant de rechercher le bonheur que de le retrouver, puisque nous en disposons déjà, tout enfoui au plus profond de nous-même. Il suffirait pour cela d'ouvrir notre cage et d'en laisser s'échapper nos ressentiments et nos souffrances mal digérées pour laisser enfin réapparaître notre bonheur, un état aussi naturel que le sont nos battements de coeur ou notre rythme respiratoire.

Comment ? Les outils pour nous débarrasser de nos pensées et émotions toxiques ne manquent pas. Ce mois-ci, attardons-nous sur des pratiques bien différentes comme la méditation, le bain flottant ou la somatothérapie. A moins que nous préférions nous émerveiller devant l'incroyable liberté des dauphins...

Alors, du balai, nos tracas ! Pour "re-devenir" heureux commes les bébés que nous étions toutes et tous un jour. Comme eux, vivons totalement dans le présent, sans ressasser le passé ni nous angoisser du lendemain.

( Jean-Pierre Camo - Bio-contact N° 274)

Posté par LUMIERE34 à 13:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 janvier 2017

LINKY : ATTENTION DANGER !

je reviens encore sur ce sujet parce qu'il est très important, voire gravissime par tous les inconvénients, les catastrophes parfois, que ce compteur entraîne.

Voici un témoignage que je vous livre tout chaud

"Témoignage recueilli par Annie Lobé, le jeudi 29 et le samedi 31 décembre 2016, par téléphone.

Mardi 27 décembre 2016. Il était 13h, M. …, qui venait de déjeuner avec sa femme et sa fille, s’apprêtaient à sortir. Depuis le matin, une odeur bizarre de plastique chaud régnait dans la maison de famille, qui appartenait à son grand-père et maintenant à son père.
Elle a été construite il y a 200 ou 300 ans et ses murs font deux mètres d’épaisseur. C’est cela qui l’a sauvé.

A leur arrivée dimanche pour les vacances, M. … a .allumé les radiateurs électriques et l’odeur caractéristique de ces radiateurs qu’on appelle « grille-pains », quand ils n’ont pas été allumés pendant un certain temps, s’est répandue dans la maison. Mais le lundi, tout était normal...."

Voici la suite :

http://lesmoutonsenrages.fr/2017/01/02/linky-on-est-passe-a-deux-doigts-de-la-catastrophe/#more-102205

Posté par LUMIERE34 à 10:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 janvier 2017

2 0 1 7 !!!

A TOUS

Posté par LUMIERE34 à 16:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2016

LA SENILITE N'EST PAS UNE FATALITE

Nos huit conseils pour lui échapper

Savez-vous que, à n'importe quel âge, votre cerveau a le pouvoir de fabriquer de nouveaux neurones ? Néanmoins, si vous allez visiter des maisons de retraite, vous constaterez que chez la plupart des pensionnaires, l’organe le plus atteint, c’est le cerveau.

Or, une loi physique immuable à retenir est que tout organe ou fonction laissés au repos dégénèrent rapidement – c’est vrai pour un muscle qui fond comme beurre au soleil lorsqu’il n’est plus jamais sollicité, c’est vrai pour le cerveau.

Normalement, notre programme génétique est prévu pour que la production de nouveaux neurones ne s’arrête jamais, mais à la seule condition qu’il y ait un besoin fonctionnel. Des chercheurs ont observé que dans l'hippocampe, région du cerveau spécialisée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions, les anciens neurones étaient remplacés par d'autres, fraîchement produits à partir de cellules souches.

D'après le Pr Pierre-Marie Lledo, qui s'est exprimé sur ce sujet lors d’un colloque en septembre dernier (voir la vidéo ici) des expériences avec les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître en situation de stress ou dans un environnement hostile. Au contraire, dans un environnement sympathique, la neurogenèse chez les rongeurs a été multipliée par trois en quelques semaines.

Voici quelques principes à respecter pour conserver un cerveau jeune jusqu'à la fin de vos jours.

  • Fuir la routine

Oui le cerveau se nourrit du changement. En effet, la stimulation provoquée par le changement entraîne les cellules souches à produire de nouveaux neurones. Il faut, selon Pierre-Marie Lledo, fuir la routine, "respecter la libido sciendi, c'est-à-dire la soif de comprendre et d'apprendre".
En outre, on a toujours constaté que dans l’histoire, les peuples nomades sont globalement plus intelligents que les peuples sédentaires, car ils ont sans cesse à faire face à des problèmes et des adaptations multiples pour assurer leur sécurité et leur survie.

  • Fuir le gavage d’informations

Une saturation d’infos crée un blocage. L'écosystème numérique dans lequel nous vivons entraîne une avalanche permanente d'informations. Selon le médecin "L'information qui nous fait juste savoir est absolument délétère, et n'incite pas le cerveau à produire de nouveaux neurones. Bien au contraire, ce dernier, bombardé d'informations, est alors condamné à l'anxiété". Donc il convient de trier cette information : choisir l'utile, celle qui nous fait comprendre des choses, et se débarrasser de la futilité superficielle qui en fait ne sert à rien et crée, comme dans un ordinateur, un encombrement stérile.

  • Bannir anxiolytiques et somnifères

L'objectif des anxiolytiques et des somnifères est d'empêcher le cerveau qui cherche à comprendre, de fonctionner. Leur consommation permet de mettre le cerveau en "fonction automatique". Leur utilisation chronique crée donc un blocage à la production de nouveaux neurones.

  • Bouger !

Le Pr Lledo explique : "Il nous faut lutter contre la sédentarité car la science nous dit que, en cas d'activité physique, les muscles produisent des substances chimiques nommées facteurs trophiques, qui par voie sanguine, agissent sur le cerveau et particulièrement sur la niche de cellules souches". Voila qui explique la corrélation directe entre une activité musculaire minimum et production de nouveaux neurones.

  • Entretenir des relations sociales quotidiennes

Certaines parties de notre cerveau, que nous ne pouvons pas contrôler, ne sont engagées que lorsque nous sommes exposés à autrui. "C'est ce qu'on appelle globalement le cerveau social. Plus vous cultivez votre sociabilité, plus vous stimulez votre cerveau, ce qui l’oblige à produire plus de nouveaux neurones".

  • Préserver une flore intestinale correcte

Très récemment, les neurosciences, associées avec la microbiologie, ont montré qu'il y a une flore intestinale qui communique en permanence avec notre cerveau. Notre régime alimentaire a donc un rôle important : la consommation de fibres, un régime vivant et varié, incitent à la prolifération de certaines espèces bactériennes concourant justement à la prolifération de neurones. A l'inverse, une nourriture peu variée, riche en sucres rapides, en graisses trans et saturées, et en viandes d’animaux martyrs d’élevage industriel, favorise la prolifération d'espèces bactériennes qui ne permettent plus aux cellules de produire de nouveaux neurones, et cela quel que soit votre âge.

  • Pratiquer une passion

Il semble que ce point apporte la meilleure immunité contre la déchéance et même la maladie. Une activité passionnée ne connaît pas le besoin de se reposer, de s’arrêter pendant le week-end, de partir en vacance pour se détendre et se changer les idées. Pour ceux-là, s’arrêter est une punition. Il s’agit des artistes, des écrivains, des acteurs, des peintres, des danseurs, des sculpteurs, des inventeurs, des chefs d’entreprise, etc., de métiers à risque qui ne permettent pas la médiocrité, ou en recherche permanente de plus de perfection. Ceux-là sont portés par des énergies extérieures qu’ils attirent à eux parce qu’ils fonctionnent en symbiose avec les lois d’évolution de l’Univers. C’est le plus beau cadeau que l’on peut souhaiter à chacun, ceci rendant les heureux élus « inoxydables et imputrescibles » en quelque sorte.

  • Du rire et de la joie de vivre s’il vous plait…

Ceux qui ne rient pas sont déjà des malades en puissance. La nature est joyeuse en dépit de tous les drames et les menaces. Tout est fait politiquement pour vous saper le moral, détruire votre santé, entretenir la crainte voir la peur, afin de vous amener vers les pièges de maladies et de déchéance voués à vous rentabiliser.

Il faut dédramatiser par le rire. Un philosophe a dit : « j’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé ». Être spirituel dans la vie est une gymnastique permanente de l’esprit qui vous garantit un renouvellement constant de vos neurones.

Le rire et la joie de vivre vous garantissent la jeunesse éternelle de votre esprit, l’attraction constante de nouveaux amis y compris parmi les jeunes, enfin de partir élégamment quand votre heure sera venue, plutôt que de finir comme une épave ennuyeuse à la charge des autres.

Yes you can !

Oui vous pouvez le faire, quelle que soit votre situation (il y a toujours pire que vous)… à condition que vous n’ayez pas succombé à la tentation des pilules magiques de votre médecin contre le blues !                                                                                                                      

Michel Dogna

(Source : La lettre d'Alternative Santé N° 218)

 

Posté par LUMIERE34 à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2016

JOYEUX NOËL A TOUTES ET TOUS

merci pour votre fidèle présence qui me fait chaud au coeur.

 

Posté par LUMIERE34 à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]