CHEMINS DE VIE

15 septembre 2017

LINKY ET TELEPHONES 5G : RENVERSER LA DICTATURE DES ONDES !(2)

Compteurs Linky et danger sanitaire : les usagers contre-attaquent

Il faut économiser l’énergie pour sauver la planète, et la technologie nous y aidera ! C’est ce qu’annonce triomphalement Enedis, filiale d’EDF en charge de la mise en place des compteurs communicants Linky. Oui, mais voilà, ces bonnes intentions s’accompagnent d’une possible mise en danger des populations, par un risque sanitaire encore méconnu et sans doute sous-estimé : l’exposition à des champs électromagnétiques artificiels potentiellement nuisibles sur la santé et même, d’après certains, cancérigènes.

Linky : une évaluation balbutiante des risques et des plaintes de victimes en pagaille

Tandis que le rapport de 2016 de l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire), révisé en juin 2017, conclut à une « très faible probabilité que l’exposition aux champs électromagnétiques émis (…) puisse engendrer des effets sanitaires à court ou long terme », les témoignages de victimes, eux, se multiplient. Ces personnes seraient-elles toutes des affabulatrices ou des paranoïaques ?

Ici comme ailleurs (vaccins, Levothyrox, pour ne prendre que des exemples récents), Il est temps de prendre la parole des victimes au sérieux. La journaliste et spécialiste du sujet Annie Lobé, expliquait en détail à nos abonnés en janvier dernier en quoi l’évaluation des risques sanitaires du dispositif lui paraissait pour le moins lacunaire. C’est sans doute pourquoi l’Anses continue néanmoins à parler « d’incertitudes sur les effets sanitaires pour les fréquences mises en œuvre » et appelle à « poursuivre l’étude de ces effets potentiels ».

Quel est le problème ?

Les données transmises par les Linky le sont au moyen de la technologie CPL (Courant porteur en ligne), qui les fait transiter sous forme d’impulsions électriques à travers les circuits domestiques normaux. Or, ces circuits ne sont pas blindés, et donc inadaptés à véhiculer ce type de champs électromagnétiques. En effet, ces impulsions émettent des radiofréquences (de 35 à 91 kHz) qui semblent impacter les personnes électrosensibles et pouvoir rendre électrosensibles ceux jusque-là en bonne santé. Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas les symptômes très handicapants associés à ce syndrome, vous pouvez retrouver des témoignages vidéos hébergés sur le site d’Alternative Santé ici.

Un projet pharaonique

Depuis la « loi de transition énergétique » du 18 août 2015, l’État a lancé un immense programme d’installation de nouveaux compteurs d’électricité dits « intelligents » : les Linky. Au total, 35 millions de ces compteurs communicants seront installés dans toute la France d’ici 2021. À la fin mars 2017, 3 millions et demi étaient déjà en fonction. Le rythme de pose était alors de 18 500 compteurs par jour. D’ici à la fin 2017, il est prévu que ce rythme passe à 35 000 par jour, pour que l’objectif des 35 millions soit atteint à la fin 2021.

La vague est massive, voulue et menée par l’État au travers de la société Enedis (ancienne ERDF, filiale à 100 % d’EDF). Les enjeux économiques sont énormes, les investissements et les moyens déployés colossaux, et les intentions sont (bien entendu !) louables, puisqu’il s’agit à la fois de mieux maîtriser l’énergie grâce aux données récoltées par les compteurs, et de mieux la gérer en direct en commandant à distance les Linky. Tout cela, afin de réduire le bilan carbone de la France et donc de sauver la planète. Amen.

D’un point de vue plus stratégique, il s’agit pour le géant Enedis de se positionner sur le marché émergent et extrêmement lucratif du « big data », en monnayant des quantités astronomiques d’informations privées sur nos pratiques quotidiennes (« anonymisées », nous promet Enedis), après les avoir récoltées par le biais de ces boîtiers ultra-sensibles et programmables à distance.

Des témoignages d'effets indésirables en cascade

Comme vous le découvrirez en fin d’article, les nombreux témoignages recueillis sur le site Témoignages Linky France (TLF) contredisent le discours rassurant des autorités pour lesquelles il n’y a, manifestement, aucun problème.

Voici par exemple le témoignage de Murielle, 40 ans :

« Propriétaire d’un appartement en Copropriété, EDF a posé en mars 2017, les compteurs LINKY dans mon immeuble composé de 15 appartements. À mon étage, 6 compteurs LINKY sont installés à 1 mètre de mon lit. Depuis cette date, j’ai commencé à entendre des mouches voler dans mon appartement (aucune mouche présente !). Puis à souffrir de névralgie du trijumeau : mon médecin m’a prescrit de l’Anafranil (médicament détourné de son usage habituel, mais censé réduire les symptômes : sans effet ! De surcroît, mon médecin me dit que mon ressenti est purement psychologique. Puis de la fatigue anormale (sans explication particulière) s’est ajoutée, suivie d’insomnies, d’acouphènes, de douleurs dans les oreilles. Lorsque je reste trop longtemps à mon domicile, le mal de tête ne me quitte pas, et à certains moments, j’ai des pertes de l’équilibre. J’ai protégé mon appartement avec un filtre à 1 000 euros, investissement malheureusement inefficace, car je reçois les ondes émises par les compteurs des voisins. L’installation est pour moi épouvantable, je me réveille chaque matin avec une grande fatigue… Je me sens démunie, car bien entendu le syndicat de copropriété et mes voisins ne veulent absolument rien entendre et je ne peux pas changer l’emplacement de ma chambre. Je constate une spectaculaire amélioration de mon état lorsque je n’habite pas dans mon appartement. Les troubles proviennent bien des compteurs. Cette situation est inadmissible et je ne peux rien faire, car je n’ai pas les moyens financiers pour investir dans un nouveau logement. »

Pouvoir dire non : après les courriers recommandés, l'appel au juge ?

Le problème majeur tient à la difficulté de refuser ce compteur, souvent installé à l’insu des habitants. S’ils le refusent, ces derniers doivent fréquemment faire face à des pressions que certains n’hésitent pas à comparer à de l’intimidation ou du harcèlement de la part des installateurs. Les 407 communes françaises qui ont, à ce jour, refusé le Linky et sont entrées en résistances se trouvent elles-mêmes sous pression, par le biais de procédures administratives lancées par les préfets en soutien d’Enedis.

Ainsi tandis que l’Anses, sous tutelle du ministère de la Santé, recommande le déploiement du dispositif sans pouvoir en garantir l’innocuité, les préfectures, sous tutelle du ministère de l’Intérieur, passent au-dessus des délibérations municipales pour l’imposer. Face à cette logique circulaire au sein de l’appareil d’État, il apparaît qu’un des seuls recours possibles pour ceux qui refusent le Linky est l’appel à la justice.

Pour s’opposer au rouleau compresseur Linky et au possible danger qui lui est associé pour les clients directs comme indirects d’EDF (donc, toute la population française !), le cabinet d’avocat Lexprecia a créé une initiative nationale sous la forme d’un recours juridique collectif (action conjointe), soutenu par des associations et collectifs (Stop Linky Rueil Santé, Fréquence santé, ARRP 91).

Une initiative, qui se veut à la fois citoyenne, scientifique et juridique : regrouper les plaintes de tous ceux dont la santé s’est dégradée à cause des Linky et tous ceux qui ne veulent pas subir ses effets. L’objectif de cette action en justice : pouvoir refuser ces compteurs imposés sans débat, voire obtenir leur enlèvement, et peut-être même obtenir des indemnisations.

Les plaintes seront étayées par des tests factuels dits « de provocation » sur des symptômes mesurables objectifs, des effets sanitaires et non seulement biologiques. Fondés notamment sur l’expertise en posturologie dentaire du Professeur Dieuzaide (les amalgames dentaires toxiques, les implants métalliques faisant « antennes ») et supervisés par des chercheurs, ces tests porteront également sur des mesures de rythme cardiaque et de tension, par exemple, mesures qui visent à être recevables par la communauté scientifique, puisqu’ils se feront en double aveugle : les volontaires seront testés lorsqu’ils sont exposés au Linky et lorsqu’ils ne le sont pas, sans qu’ils sachent s’ils le sont ou pas. Le tout, devant huissier, pour aboutir à un recours collectif en justice qui puisse faire jurisprudence.

À ce jour, près de 270 plaintes ont été recueillies par les organisateurs de cette action novatrice. Les inscriptions à ce recours en justice se font jusqu’au 20 octobre, pour un recours prévu en décembre, si le seuil des 1 000 plaintes est atteint. Précisons qu’Alternative Santé n’a bien entendu aucun lien d’intérêt, quel qu’il soit, avec l’organisation de cette action. Mais nous soutenons toutes les initiatives qui vont dans le sens du droit des personnes au choix et à la santé.

L’électro-hypersensibilité ne pourra toujours rester dans le ghetto des « maladies psychosomatiques ». Depuis 2011, les radiofréquences sont officiellement classées comme « potentiellement cancérigènes » par le CIRC (Centre International de Recherche contre le Cancer), organe de l’OMS (Organisation mondiale de la santé). Elles ont ainsi rejoint les très basses fréquences classées « potentiellement cancérigènes » en 2001, et qui ont précédé les micro-ondes des technologies sans fil (téléphones portables, objets connectés…) classées, elles, en 2013.

Et enfin, l’OMS reconnaît la réalité des souffrances des malades, même si elle ne reconnaît pas (encore ?) le lien entre radiofréquences et électro-hypersensibilité. Bref, le risque est annoncé, les souffrances sont reconnues, mais le lien n’est pas fait. Pareil pour l’Anses, dont les rapports (un fois de plus) rassurent sur l’absence de risques tout en recommandant de se prémunir contre les risques possibles, par exemple par le biais de filtres... On baigne encore et toujours dans l’incohérence.

Pierre Ferdin


Aller plus loin :

- Si vous voulez vous informer davantage sur cette démarche juridique, trouvez les informations en cliquant sur : Mysmartcab.fr

- Pour des informations complémentaires, notamment sur les démarches à suivre pour refuser le compteur, voir notamment le site stop linky de Rueil Malmaison :

- Pour retrouver des témoignages vidéos d’hyper-électrosensibles :

- Pour retrouver des témoignages de problèmes de santé suite l’installation du Linky

- Pour faire le point sur l'état des recherches et découvrir le travail précieux de contre-expertise des associations sur le sujet des radiofréquences,  voir les sites des Robins des toits ou du Priartem, qui a maintenant fusionné avec le collectif des électrosensibles de France.


Encore deux témoignages :

« Souffrant d’un syndrome d’intolérance aux champs électromagnétiques (SICEM invalidant) depuis plusieurs années, j’ai dû adapter mon logement à mon handicap pour me protéger des technologies sans fil du voisinage et des antennes relais. Ayant déjà fait l’expérience du CPL qui engendre chez moi les mêmes symptômes que les technologies sans fil, j’ai pu refuser sur certificat médical le remplacement de mon compteur par un compteur Linky qui fonctionne par CPL, car les protections à mon domicile ne blindent pas le CPL. Malheureusement, toutes mes démarches pour refuser les compteurs des voisins (petit immeuble/12 logements) ont été rejetées par ENEDIS et mes craintes se sont confirmées : mon ancien compteur ne filtre pas le CPL circulant maintenant dans mon immeuble. Quelques jours après la pose des nouveaux compteurs chez mes voisins, j’ai commencé à déclencher des symptômes d’électro-hypersensibilité chez moi, alors que grâce à mes aménagements c’était l’unique endroit où je pouvais vivre sans souffrir, ne pouvant tenir dans aucun lieu public ni dans aucun logement non adapté à cette intolérance.

J’ai vu réapparaître de façon brutale tous mes symptômes :
Fatigue intense avec confusion intellectuelle puis pression intracrânienne continue se transformant en migraines permanentes avec nausées et raideur de la nuque, troubles du rythme cardiaque (tachycardie) avec douleur cardiaque (serrement/pointe), oppression thoracique, essoufflement, bourdonnement d’oreilles, douleurs aiguës dans les tympans, pertes d’équilibre, douleurs oculaires, fourmillements électriques dans les membres, douleurs articulaires et musculaires, gonflement trachée/aphonie, troubles cognitifs, insomnies, épuisement (tension descendue à 7,4). La réapparition subite de tous ces symptômes à mon domicile est révoltante, car compte tenu de ma situation médicale Enedis n’aurait pas dû prendre le risque de poser de compteurs Linky dans mon immeuble. Tous mes voisins, solidaires de mes problèmes de santé s’y étaient opposés par lettres recommandées dont Enedis n’a pas tenu compte. L’installation par Enedis des compteurs Linky dans mon immeuble va me faire perdre le seul logement adapté (à grands frais) à mon handicap et que j’avais mis des années à aménager pour ces problèmes de santé !

Depuis 3 semaines que les compteurs ont été installés j’essaie par de nouveaux aménagements de protéger mon logement de cette nouvelle source de CEM, sans être sûre de pouvoir neutraliser totalement le CPL qui rayonne plus loin dans mes pièces que le 50 Hz seul. D’autre part les boîtiers de ces nouveaux compteurs émettent plus en CEM et aucun matériau ne blinde de façon suffisante la composante magnétique du champ électrique qui pénètre trop loin pour moi dans mon appartement. Où vais-je pouvoir vivre si je n’y parviens pas ? Je vais me retrouver expulsée de mon appartement sans possibilité de me reloger une fois que cette technologie sera installée dans chaque logement... ! »

------------------------------------------------------

« À mon retour de vacances, fin août 2016 j’ai trouvé une lettre d’Enedis m’annonçant que l’entreprise Solutions 30 allait me contacter pour la pose du nouveau compteur.
Le vendredi 9 septembre 2016, j’ai reçu une lettre de Solutions 30 m’informant que les nouveaux compteurs seraient installés entre le 12 et le 19 septembre. J’ai envoyé alors des lettres recommandées avec accusé de réception signifiant mon refus du Linky, mais en voyant que la date était très proche, lundi 12 septembre, j’ai aussi téléphoné à Enedis et à Solutions 30 et j’ai collé une copie de la lettre sur mon compteur. J’ai préféré signifier mon refus par précaution (je souffre d’une intoxication au mercure). J’ai envoyé aussi une lettre au Maire de la Ville. Je n’ai pas eu de réponse. Au téléphone, les deux entreprises m’ont affirmé qu’ils m’inscrivaient dans une liste de refus et que le compteur ne serait pas changé, au moins prochainement.

Le 19 septembre, j’ouvris l’armoire électrique (qui est sur le palier) et j’ai vu que deux compteurs n’avaient pas été changés (le mien et celui d’une voisine qui l’avait refusé aussi). Je me suis dit : c’est bien, je suis dans un pays respectueux des droits et avec des entreprises qui tiennent parole… Le 20 septembre au soir, au retour de mon travail mon cauchemar a débuté. J’ai commencé à me sentir chaque fois plus malade, des réactions très violentes : de très forts maux de tête, des vertiges, des acouphènes, des nausées… je ne comprenais rien. Quelques heures plus tard, en ouvrant mon ordinateur j’ai vu que la date avait changé et j’ai eu un doute. Je suis allée voir et je découvris que tous les compteurs avaient été changés ! Ils les avaient changés dans la journée, un jour après les dates prévues, en passant comme de voleurs (de santé, de droits) quand j’étais absente.

J’ai téléphoné le lendemain et les jours suivants à Enedis et à Solutions 30, croyant encore à une maladresse qui pouvait être réparée rapidement… Mes interlocuteurs disaient être étonnés, ils affirmaient que j’étais inscrite dans la liste de refus, qu’ils allaient informer du problème à leur responsable et celui-ci m’appellerait. Finalement, après plusieurs jours, une “médiatrice” d’Enedis m’appela. Outre les argumentations rassurantes déjà connues, elle me dit (en synthèse) que “le compteur ne peut pas vous faire tomber malade” et que “de toute façon, en aucun cas on ne réinstalle l’ancien compteur, même en cas de maladie”.

Après, j’ai reçu beaucoup de lettres rassurantes d’ENEDIS (toutes égales, une pour chacun de mes appels). Je n’ai pas trouvé en elles les réponses aux questionnements et aux demandes de ma lettre recommandée ni de solution à mon problème de santé. J’ai commencé un parcours avec des médecins qui n’est pas fini :

Le 22 septembre mon médecin traitant m’a reçu. Il a établi un certificat décrivant les symptômes que je ressentais et ajoutant qu’“elle ne s’en plaignait pas jusqu’alors” et que j’étais sa patiente depuis longtemps : “paresthésies du visage à type de brûlure et de fourmillement, acouphènes, sensation de vertiges, fatigue, fatigue intellectuelle, troubles de la mémoire, baisse d’attention […]” “Ces symptômes s’améliorent et disparaissent au bout d’environnement deux heures après l’éloignement de son domicile pour reprendre quand elle revient.”

En octobre, j’ai eu un rendez-vous avec un médecin dédié à ce problème dans un CHU. J’ai répondu à une longue enquête (sous les néons, une torture pour moi maintenant !) et on m’a demandé de réaliser des analyses médicales pour voir s’il n’avait pas d’autres causes à mes problèmes (on a trouvé seulement une baisse importante de la vitamine D). J’ai eu quelques petits conseils, mais pas de suivi ou de solutions (selon la secrétaire, je devais attendre le rappel du médecin pour un nouveau rendez-vous, je l’attends toujours). Mon médecin traitant avait demandé l’envoi des conclusions de la consultation. Il ne les a jamais reçues.
Mon médecin m’a conseillé de réaliser une consultation avec un autre médecin. Ce dernier, qui connaît bien le problème de l’électrosensibilité, m’a informée sur des appareils de mesure et des moyens de protection et il m’a conseillé aussi de partir, au moins temporairement. Je dois prendre un nouveau rendez-vous. Mon ophtalmologue m’a donné des gouttes pour les yeux et m’a dit qu’il avait eu d’autres patients avec des problèmes après l’installation du Linky.
Je n’avais pas ressenti auparavant des symptômes d’électrosensibilité. J’ai pris un certain temps pour comprendre qu’il s’agissait de cela. Avant, je ne connaissais pas la gravité de ce problème et je ne me sentais pas concernée. Depuis j’ai pris quelques mesures pour diminuer d’autres sources d’ondes, mais je n’ai pas les moyens ni pour acheter tous les éléments de protection ni pour partir.

Maintenant, les symptômes ne disparaissent jamais totalement. Je suis constamment fatiguée, je supporte mal de rester dans certaines situations (dans des lieux avec le Linky installé, mais aussi sous les lumières de néon ou de lampes de baisse consommation). Je ne peux pas non plus rester longuement devant l’ordinateur sans avoir mal à la tête et ressentir une augmentation des acouphènes, ni parler plus de quelques minutes au téléphone portable ou avec le téléphone fixe de la box (un peu plus avec le fixe RTC). Je perds le plaisir d’écouter et de jouer de la musique et d’écrire. Je ne peux plus faire toutes mes pratiques de yoga. Je dois faire mes courses très rapidement (je ne supporte pas trop de rester longtemps dans les magasins), je dois faire attention au WIFI, aux téléphones portables, j’ai des vertiges, des migraines, des acouphènes, des douleurs, de la sécheresse oculaire, des picotements dans les mains et les pieds, des crampes… J’ai de problèmes de manque de concentration et de mémoire et dans certains moments une hypersensibilité à la lumière et aux sons (hyperacousie) (difficile pour mon travail dans l’enseignement de la musique) mon sommeil est aussi perturbé…

Pendant les épisodes de pollution de l’air importants (deux dernièrement à Lyon) j’ai ressenti aussi une oppression dans la poitrine, des arythmies et des fortes migraines.
Au mois d’octobre, je suis allée avec des amis à un café que je fréquentais. J’ai commencé à me sentir très mal, avec une forte douleur dans ma tête, de problèmes de concentration, sensation de fourmillement dans le dos, dans les jambes, dans la tête. Je me suis levée pour partir et à ma demande, une serveuse m’a informé que le compteur Linky avait été installé très récemment, et que l’armoire électrique était à côté de ma table.
Il y a dix jours, j’ai perdu l’équilibre dans un escalator. Je me suis blessé sérieusement une jambe.
Mon travail a été fortement affecté du début (la pose du Linky a été juste au moment de la rentrée…). Mes activités dans des associations et ma vie sociale en général sont très limitées maintenant. Parfois, pour pouvoir être un peu mieux je dois couper le disjoncteur et rester sans électricité, sans chauffage et sans réfrigérateur.
Pour pouvoir rédiger quelques travaux, je dois parfois le faire avec une poche de glace sur la tête. (Je me demande combien de personnes sont malades aujourd’hui et ne peuvent pas s’exprimer.)
Depuis le 22 septembre, je vois des médecins, je fais des analyses médicales : il faut arrêter les sources du problème, il faut changer le compteur.

Je me demande comment dans notre société, l’argent peut être plus important que la santé et la vie des citoyens. Pourquoi n’ont pas été respectées les significations de refus ? Pourquoi Enedis refuse-t-il d’enlever les Linky même en cas de problèmes de santé ? Où sont nos droits ?
Comment une entreprise peut-elle transformer du jour au lendemain un foyer en un lieu qui détruit la santé à petit feu? (Et aussi tous les lieux publics…). Quelles seront les conséquences de ces nouveaux compteurs sur la santé des enfants, des personnes fragiles ? Ceux qui ne le supportent pas, devront-ils simplement mourir ? Il nous restera donc à mourir en silence dans nos foyers tandis que les compteurs seront relevés automatiquement dans nos logements vides... ? »

Posté par LUMIERE34 à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


LINKY ET TELEPHONES 5G : RENVERSER LA DICTATURE DES ONDES !(1)

Sommes-nous condamnés à vivre bombardés tout le temps et de toutes parts par les champs électromagnétiques ? Quel impact notre exposition grandissante aux nouvelles technologies de communication aura-t-elle sur notre santé ?

Pour l’instant, nous sommes restés collectivement dans un déni confortable, car les sirènes du progrès sont séduisantes : n’est-ce pas, en effet, une forme de luxe que d’avoir accès à internet partout et tout le temps, par exemple ?

Pourtant, nous risquons de déchanter et de nous écraser douloureusement contre le mur des réalités si nous éludons plus longtemps les problèmes sanitaires probables liés à l’omniprésence des nouvelles technologies et des ondes qui leur sont liées (sans même parler de leurs effets sur notre façon de penser les rapports humains et de penser tout court).

En avril 2011, dans un article intitulé « Ondes électromagnétiques : l’amiante des cadres ? »,  Alternative Santé alertait déjà sur les résultats inquiétants de plusieurs études (rapport du BioInitiative Working Group de 2007, Étude Interphone de 2010), qui faisaient notamment état de liens avérés entre exposition aux ondes téléphoniques et tumeurs cérébrales.

J’y dénonçais le manque de réactivité des autorités sanitaires sur le sujet, et leur retard dans l’encadrement juridique de ces problèmes émergents : « Les autorités publiques françaises, apparemment plus enclines au principe de précaution oratoire qu’au principe de précaution court, ne retiennent que les incertitudes et problèmes méthodologiques soulevés dans certaines études, jusque dans les recommandations officielles du ministère de la Santé, chef-d’œuvre de dénégations en tout genre (“ce n’est pas dangereux, néanmoins…”). »

On a pu nous trouver alarmistes. Nous étions tout simplement réalistes.

Tandis que, deux ans plus tard en 2013, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation) continuait d’affirmer dans son rapport « Radiofréquence et santé » que l’utilisation du portable ne présentait pas de « risques avérés », mais qu’il fallait néanmoins « poursuivre les recherches »… une étude de l’INSERM de 2014 nous donnait raison : elle confirmait un lien clair entre l’utilisation du portable plus de 15 heures par mois et le risque de développer des tumeurs cérébrales.

Et il faudra attendre 2015 pour qu’une loi soit votée sur l’exposition aux ondes électromagnétiques, introduisant un principe de « sobriété », mais restant très en deçà des attentes des associations, probablement pour ne pas fâcher les opérateurs de téléphonie mobile. Un expert de l’Anses, neuropsychiatre, reconnaissait à l’époque dans un entretien accordé à Paris Match : « La direction de l’agence adapte quelquefois ses conclusions en fonction de ce qui est formulé par les pouvoirs publics, comme ce fut le cas suite à la publication du rapport de l’Afsset en 2009 », rapport sur les radiofréquences à propos duquel l’association Robin des Toits, qui lutte contre la prolifération des ondes électromagnétiques, disait très justement : « Le rapport de l’Afsset ne mérite qu’un 7/20. »

Que penser au juste de l’indépendance et de la crédibilité d’une instance d’expertise qui « adapte quelquefois ses conclusions en fonction de ce qui est formulé par les pouvoirs publics » ?


AUJOURD'HUI DEUX SUJETS BRULANTS ARRIVENT SUR LA TABLE :


- D’une part, les potentiels graves effets sanitaires de la 5G.


Plus de 170 scientifiques et médecins de 37 pays demandent aujourd’hui un moratoire sur le déploiement de la 5G (cinquième génération de téléphonie mobile) sur nos territoires jusqu’à ce que des études d’impact sanitaires et environnementales sérieuses et indépendantes aient été réalisées. En effet, la 5G augmentera considérablement l’exposition aux champs électromagnétiques de radiofréquence et s’ajoutera au brouillard électromagnétique déjà produit par 2G, 3G, 4G, Wi-Fi, etc. Comme l’explique l’association Robin des Toits, la nouvelle architecture du réseau exigera une nouvelle antenne toutes les 10 ou 12 maisons en zone urbaine, créant de fait une exposition massive à laquelle nul ne pourra se soustraire. Les chercheurs font référence aux « nombreuses études scientifiques récentes qui ont démontré que ces champs électromagnétiques affectent les organismes vivants à des niveaux d’exposition bien en dessous des valeurs limites internationales ». Et l’association de citer les risques de cancer, de dommages génétiques, de changements fonctionnels du système reproductif, de désordres neurologiques, etc.

- D’autre part, et c’est le sujet de l’article ci-dessous, le déploiement sur tout le territoire, largement entamé, des compteurs Linky par la filière d’EDF Enedis.

Mais là, aux signaux d’alerte de chercheurs et à l’insuffisance des expertises s’ajoutent les plaintes des premières personnes s’estimant victimes du Linky.Elles décrivent, comme vous le verrez, des symptômes terribles, dont certains rendent tout simplement impossible une vie normale. Puisque l’Anses dit qu’il n’y a pas de problème, c’est probablement qu’ils affabulent... ça ne vous rappelle rien ? Si, jusqu’à présent rien n’a semblé pouvoir arrêter le rouleau compresseur Linky, les victimes exigent aujourd’hui d’être entendues et contre-attaquent. Une nouvelle initiative de recours juridique collectif est d'ailleurs en train de voir le jour.
Lisez l’article en bas de cette page pour en savoir plus
.



Arnaud Lerch
Rédacteur en chef adjoint d'Alternative Santé

 

 

Posté par LUMIERE34 à 15:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 septembre 2017

LA SANTE EN DANGER PARTOUT !

Vidéo d'information sur notre société que les grands médias et journaux télévisés ne parlent pas, ou survolent vite. Nous devons mieux nous informer sur les aberrations et scandales de notre monde actuel afin de pouvoir lutter contre la désinformation et la manipulation dont nous sommes tous victimes...
"Partagez autour de vous !"

 

(source :http://www.inexplique-endebat.com/2016/05/la-sante-en-danger-partout.html)

Posté par LUMIERE34 à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 août 2017

MEDECIN INTERIEUR ET MEDECINE HOLISTIQUE

Pendant des millions d’années, la force intelligente que certains appellent Dieu, d’autres la Vie, d’autres la Nature, a mis au point une prodigieuse « machine », un organisme biologique, le corps humain, doté de mécanismes d’une subtilité et d’une complexité qui dépasse les capacités de notre imagination.

Cette merveilleuse machine qu’est le corps humain…


médecine holistique
médecine holistique

 

Les ordinateurs les plus perfectionnés ne sont rien à côté de cet agencement de milliards de cellules vivantes, chacune dotée d’une fantastique intelligence et capable de collaborer avec toutes les autres dans une organisation harmonieuse et aussi parfaite que la course des planètes dans le ciel. Réalisez-vous par exemple que notre cerveau, qui pèse un peu plus d’un kilo, contient environ cent milliards de neurones qui sont dotés d’un quadrillion (1.000.000.000.000.000) de connexions, soit plus que le nombre d’étoiles connues dans l’univers…
médecine holistique
Notre corps est tout simplement génial et le « médecin intérieur » correspond à toutes ces fonctions qui assurent le maintien et la réparation de tous les organes et cellules, fonctions qui font partie de ce vaste système qu’on appelle le « système immunitaire ». Certains scientifiques aux courtes vues, ont vu dans l’immunité un système militaire qui lutte contre les envahisseurs bactériens ou viraux. Mais le système immunitaire est bien plus que cela. Il est un « hymne à l’unité » qui gère l’ensemble des mécanismes vivants pour veiller à l’harmonie du tout. Il régule, répare, régénère, élimine ce qui est in utile pour préserver ce qui est vital, indispensable au bon fonctionnement de chaque organe. C’est lui qui assure les processus de guérison lorsque nous sommes malades.

Apprentis sorciers se croyant supérieurs à la Vie


médecine holistique
Hélas, depuis un peu plus d’un siècle, des savants orgueilleux sont venus prétendre qu’ils savaient mieux que le « médecin intérieur » ce qu’il fallait faire pour guérir et rester en bonne santé.
médecine holistique
Les médecins modernes sont des apprentis sorciers qui, comme le disait déjà Voltaire « mettent des substances dont ils ne connaissent pas grand-chose dans un corps dont ils ne connaissent presque rien ! ». Telle est la triste réalité de notre époque qui brille par sa technologie mais aussi par sa bêtise !


médecine holistique

 

Car si les machines que nous fabriquons sont admirables, elles ne sont rien à côté des mécanismes biologiques subtils de nos corps, à côté du jeu de millions d’hormones, de neurotransmetteurs, d’influx nerveux qui interagissent au millième de seconde près pour permettre à notre organisme de voir, d’entendre, de bouger et de se réparer sans cesse.
médecine holistique
Parmi toutes des substances que notre corps fabrique à chaque instant, nous n’en connaissons encore que quelques-unes. Nous avons découvert le A, le B et le C du vivant mais nous ignorons encore tout le reste de l’alphabet !
médecine holistique
Avec un orgueil inouï, les médecins ont cru que les molécules chimiques fabriquées par les laboratoires allaient guérir toutes les maladies… avec pour conséquence que, de nos jours, les rivières, les sols, les aliments et les organismes humains sont pollués d’une manière dramatique par des produits chimiques qui perturbent les mécanismes naturels. Antibiotiques, cortisone, pilule anticonceptionnelle et autres médicaments chimiques sont omniprésents et se retrouvent partout. Du coup les poissons changent de sexe et les hommes des pays occidentaux n’ont plus que la moitié du nombre de spermatozoïdes qu’ils avaient il y a cinquante ans !

Le corps humain n’a jamais souhaité être empoisonné


médecine holistique
Le fond du problème est que le corps humain n’est pas construit pour fonctionner avec des molécules chimiques. Elles l’empoisonnent. Le « tout-chimique » mène tout droit vers le « tous malades ».


médecine holistique
médecine holistique

Et la médecine moderne, obsédée par sa lutte contre les maladies, a oublié la sagesse du médecin intérieur qui cherche constamment à dépolluer l’organisme et à maintenir l’équilibre qui permet aux organes de fonctionner en harmonie.
médecine holistique
Ainsi les infections, lorsqu’elles sont contrôlées par un système immunitaire en bon état, sont des processus d’élimination rapide de toxines. Les détruire par des antibiotiques donnés à tout bout de champ, correspond à bloquer la guérison. On supprime les maladies aiguës en empêchant les toxines de sortir, faisant ainsi le lit des maladies chroniques, ces maladies contre lesquelles la médecine chimique ne peut rien puisque ce n’est pas en empoisonnant avec des médicaments un malade déjà empoisonné par un mode de vie toxique qu’on va l’aider à guérir !

La « santé » en pilules n’est qu’un leurre !


médecine holistique
Tout ceci explique que de plus en plus de gens sortent de l’illusion de croire que la santé sortira des laboratoires pharmaceutiques sous forme de pilules capables de tout guérir. Ils comprennent que « la santé, ça s’apprend ! ». Ils découvrent alors l’approche holistique qui consiste à s’occuper de ses quatre corps : physique, émotionnel, mental et spirituel. Au lieu de subir, de souffrir et de se plaindre, ils apprennent donc à gérer leur santé sur tous les plans et deviennent ainsi les artisans de leur bien-être. Ils sont aidés dans leur démarche par tous les thérapeutes, enseignants en santé, centres de remise en forme qui tous respectent le principe d’Hippocrate « Primum non nocere » (D’abord ne pas nuire) et montrent à tous les moyens simples qui permettent de vivre délivré du stress et des maladies.

Les Esséniens


médecine holistique
J’ai eu la chance d’avoir été l’élève de l’un des plus grands penseurs du vingtième siècle, Edmond Bordeaux-Szekely, l’un des fondateurs de la médecine holistique moderne, qui a eu l’immense mérite de porter à notre


médecine holistique

connaissance les extraordinaires enseignements des Esséniens, ces thérapeutes qui vivaient au Moyen-Orient au début de notre ère et dont Jésus fut l’élève le plus connu. Leur sagesse était fondée sur les lois éternelles de la vie et les découvertes de la science moderne n’ont pu que confirmer la valeur de leurs idées. Ainsi, en matière de diététique, ils furent les pionniers d’une diététique qualitative plutôt que quantitative, une diététique fondée sur la règle des trois V : Végétal, Vivant et Varié.

Les êtres humains sont construits pour vivre avec des aliments d’origine végétale et tous les aliments d’origine animale sont inutiles et dangereux pour la santé. (Je décris cela dans « Diététique du 21e siècle » et dans « Viande et lait, des aliments dangereux pour notre santé et pour la planète« ).

À ce sujet, on doit rendre hommage à l’un des plus grands nutritionnistes de notre temps, le docteur Colin Campbell, auteur de : « Le rapport Campbell« , qui montre d’une manière scientifiquement irréfutable l’importance d’une alimentation végétale pour rester en bonne santé. Il montre aussi comment les lobbies des multinationales de la viande, du lait et des œufs ont tout fait pour empêcher le public de savoir la vérité sur le rôle des aliments d’origine animale sur la genèse des maladies de civilisation et pour maintenir un statu quo qui leur profite au détriment de la santé des millions de personnes. Mais personne ne peut maintenir indéfiniment la vérité au fond du puits. Elle finit toujours par sortir !
médecine holistique
Les manœuvres des marchands pour faire croire au public que leurs aliments sont bons pour la santé se heurtent de plus en plus à une prise de conscience qui nous fait sortir des pièges dans lesquelles des idées fausses nous ont enfermés et nous permet de retrouver les lois simples d’une alimentation qui respecte les lois universelles.

Vivre ses émotions

médecine holistique
Mais une bonne alimentation ne suffit pas pour vivre en bonne santé : il faut aussi apprendre à décharger ses émotions sans faire de tort à autrui, ouvrant ainsi la porte à une paix intérieure et extérieure qui seule pourra apporter la paix à l’humanité telle que nous la connaissons. Pour vivre heureux et en bonne santé il est indispensable d’apprendre à vivre intensément ses émotions avec son corps tout entier pour pouvoir ensuite les laisser partir. Il s’agit, lorsqu’on est seul, de pouvoir rire, grimacer, pleurer, gesticuler avec force, crier et chanter à tue-tête, danser de manière endiablée, se mettre en colère et faire de fou de mille manières qui libèrent de l’esclavage du conformisme. Il est possible de faire tout cela même en appartement, en remplaçant les cris par des expirations silencieuses !


médecine holistique
médecine holistique

 

(Tal et Johanne Schaller)

Cette gestion des émotions permet de vivre sans stress et assure aussi l’ouverture des fonctions du cerveau droit, soit la capacité à voyager avec sa conscience dans les mondes non matériels. C’est le monde des chamans qui collaborent activement avec des Esprits, des êtres qui vivent dans les mondes spirituels et apportent volontiers leur sagesse et leur amour aux êtres humains qui habitent la planète Terre.

Nous devons aussi apprendre à tenir compte de tous ces personnages qui vivent en nous, les « Sous-Personnalités Psycho-Actives » (SPPA) qui, si nous ne leur donnons pas notre respect et notre amour, peuvent créer des maladies pour attirer notre attention !

Certaines de ces SPPA sont immobilisées depuis des siècles dans les caves de notre inconscient et il est capital d’aller, en voyage chamanique, les délivrer. Je décris cela dans « Psychothérapie spirituelle« . La démarche holistique associée aux prises de conscience spirituelles que permettent le chamanisme et la pacification de nos SPPA du présent et du passé, tout cela nous donne les clés d’une vie libérée de l’hypnose collective dans laquelle une minorité d’être humains ayant perdu leur boussole intérieure veut nous maintenir pour continuer à dominer le monde sans vergogne.

Le temps de l’éveil est venu


médecine holistique
médecine holistique

 

 

Le temps de l’éveil est venu : nous ne sommes pas des êtres de matière condamnés à souffrir et à mourir, nous sommes des êtres spirituels, immortels et éternels, venus vivre sur la planète école Terre pour apprendre à vivre dans la santé, la joie, la paix et l’unité dans la diversité ! Il y a bien des années j’écrivais à un malade du sida : « Si tu oses sortir des pièges du conformisme et progresser sur la route de la santé totale, tu rejoindras la légion de ceux qui ont appris à vivre au positif ».
médecine holistique
Comment les reconnaître ? Ce sont des passionnés de la vie. Ils aiment ce qu’ils font et font ce qu’ils aiment. lls s’occupent avec sensibilité et délicatesse de leur corps physique, le nourrissant d’aliments de qualité et lui donnant assez d’exercice physique et de repos. Ils ont appris à ne plus garder à l’intérieur d’eux-mêmes les émotions négatives que sont la peur, la colère, le jugement, la frustration et la rancune. Ils savent se défouler intensément mais sans faire de mal à autrui. Mentalement ils sont ouverts et réceptifs. Ils ne craignent pas de se remettre en question. On peut même dire qu’ils adorent l’art de la remise en question ! Ils savent que la sagesse se développe en s’ouvrant constamment à des idées nouvelles. Ils sont en contact, par leur intuition profonde, avec leur Moi supérieur, leur être de lumière.
médecine holistique
Cela leur donne une véritable indépendance. Ils n’ont en effet plus besoin d’obéir aveuglément à autrui. Ils savent s’informer à plusieurs sources différentes pour ensuite aller à l’intérieur d’eux-mêmes, par la relaxation et la méditation, pour trouver le chemin qui leur correspond vraiment. Ils utilisent leur imagination non plus pour se faire peur avec toutes les catastrophes qui pourraient leur arriver mais pour créer des rêves positifs et les matérialiser de plus en plus rapidement. Ils sont joyeux, gais, plein d’amour et d’humour, enthousiastes et chaleureux. Leurs propos sont empreints d’émerveillement et de reconnaissance pour tout ce que la vie leur apporte.
médecine holistique
Tu as le choix : « vivre dans la peur du sida et peu à peu t’autodétruire ou te délivrer des carcans de ton éducation et commencer une vie nouvelle, une vie que tu crées à chaque instant par des pensées positives, des émotions positives, des actes positifs. Je te souhaite de devenir un être positif, responsable, conscient et heureux de partager avec les autres ta lumière et ta santé. »
médecine holistique
Christian Tal Schaller
Médecin holistique
tal@santeglobale.info
www.santeglobale.info

(source : https://energie-sante.net/medecin-interieur-et-medecine-holistique/)
aliments

Posté par LUMIERE34 à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2017

APPRENDRE A PENSER EN TERME DE VIBRATIONS

Il est arrivé à la plupart d’entre nous se dire ou d’entendre dire par un proche : « Je savais que cela m’arriverait un jour ! » à l’instant où survenait un événement important dans sa vie. L’histoire a donc commencé dans l’invisible. En fait, ce genre de situations démontre, s’il en était besoin, que nous participons à la création de notre réalité.
ligne de temps
vibrationsUne nouvelle compréhension doit définitivement diriger notre manière de penser et d’agir : la nature des choses qui nous entoure est vibratoire et nos pensées, nos émotions, nos croyances ont un caractère magnétique. Tout cela fait de nous des émetteurs-récepteurs contribuant ainsi à nous mettre en relation avec le champ d’énergie qui nous entoure.
vibrations
Selon que la nature de l’énergie émise sera positive ou négative, cela va déterminer la connexion avec une catégorie de circonstances positives ou négatives en résonance venant ainsi matérialiser nos pensées.

Se concentrer régulièrement sur la négativité amène a en subir les conséquences logiques.


vibrations
La personne qui redoute d’échouer à un examen, de perdre un emploi, d’être trahie va si elle persiste établir une connexion vibratoire avec sa peur. Le film est inconsciemment joué d’avance et c’est la raison pour laquelle des personnes très sensitives peuvent appréhender l’avenir et faire certaines prédictions avec grande justesse. Il est cependant toujours possible de renverser le cours des choses en changeant de pensées et de sentiments pour se relier à d’autres possibles.

La vie s’avère être un jeu qui a ses règles dans le monde visible mais aussi dans le monde invisible.


vibrations
demain

À l’instar du monde physique, le monde quantique possède ses lois et ses principes. Rester dans l’ignorance de ces règles conduit à les découvrir tôt ou tard mais cela risque de se faire à nos dépens et souvent brutalement. La terre est une école mais parfois aussi une maison de correction.
vibrations
La seule observation des lois matérielles nous a amenés à penser que nous sommes dans un monde hostile, semblable à une jungle où règne la loi du plus fort.
La vie n’a nul besoin d’être une lutte. Considérer la vie comme un combat ne donne pas le contrôle des circonstances.
vibrations
Même en mettant tout en oeuvre, on n’a pas toujours la certitude d’atteindre le succès, tout comme il est impossible de forcer une personne à nous aimer.

Apprendre à penser en termes de vibrations


À l’heure du modèle quantique, le moment est venu de comprendre l’intérêt d’aborder les circonstances en termes de niveaux de vibrations et non plus seulement en termes d’actions.

La richesse de notre vie est directement liée à notre capacité d’émettre une fréquence positive.


vibrations
demain

 

 

Il est essentiel de comprendre que nous n’obtenons pas dans la vie ce que nous voulons mais la résonance de ce que nous émettons.
vibrations
Des millions d’hommes et de femmes veulent la joie, l’amour et l’abondance et pourtant ils rencontrent l’inverse au quotidien parce qu’ils ne sont pas sur la bonne fréquence ; ils se laissent diriger par leurs émotions négatives et se concentrent sur leurs manques. Tant qu’ils n’adopteront pas un nouveau système de pensées tenant compte de la nature vibratoire de l’Univers et donc de leur capacité à changer d’énergie, ils resteront impuissants à se créer une existence pleine de satisfaction.


vibrations
Le fondement de l’Univers se situe au niveau quantique


À la fois cause et substance, l’énergie forme l’essence de l’Univers reliant toutes choses. Elle est le point de départ de tout ce qui existe ou existera un jour.
Dès que nous prenons conscience que la matrice de notre monde ne se situe pas au niveau matériel mais dans un champ d’énergie doué d’une Intelligence Créatrice, nous entrons dans un extraordinaire domaine de possibilités.

demain

 

Il convient alors de se mettre à l’unisson des forces énergétiques de l’Univers pour faire de notre vie un extraordinaire jeu quantique où l’invisible précède le visible.
Rien n’est statique. Lorsque l’on étudie un objet matériel au microscope électronique, on se retrouve face à un tourbillon d’électrons. Seule l’illusion de nos cinq sens nous prive de la perception que la matière est aussi énergie.
vibrations
De la même manière, à cet instant précis où vous lisez ces lignes, vous avez peut-être la tête en bas ou bien alors ce sont d’autres hommes et femmes qui peuvent l’avoir puisque la terre tourne sur son axe mais à une si grande vitesse que nous n’en avons pas la moindre conscience.
vibrations
Le champ d’énergie dans lequel nous vivons véhicule toute la force créatrice de la nature.
Semblable à un grand bac à sable, il contient toutes les potentialités sous forme latente. Il suffit que notre conscience ou notre imagination les appelle pour qu’elles aient la faculté de se matérialiser. Ainsi, chacun d’entre nous, peut devenir un joueur capable de miracles s’il comprend les mécanismes de la création.

Notre monde change quand nous changeons


vibrations
Nous évoluons parce que le monde change et que nous devons nous adapter mais il est beaucoup plus important de s’ouvrir à la perspective inverse : notre monde change quand nous changeons.
vibrations
demain

 

Ce qui est extraordinaire avec la physique quantique, c’est qu’elle a démontré de manière irréfutable que nous influons sur ce que nous observons. Jusque-là, ce n’était qu’un ressenti pour certains d’entre nous.
vibrations
On sait aujourd’hui que des électrons n’ont pas le même comportement selon qu’il y ait un observateur ou non. Chose fascinante, si un observateur vient à porter son attention sur un électron, celui-ci va se comporter en particule. Ainsi tout ce qui est observé est affecté par l’observateur à tel point qu’il semble en devenir la source.
vibrations
Le monde est tel qu’il est parce que nous le regardons d’une certaine manière. Une première conclusion évidente est que beaucoup de problèmes dans notre société auraient moins d’importance si l’on en parlait moins.


Une clef du changement est par conséquent dans notre attention, dans notre manière de considérer les événements et non seulement dans la lutte.

Aussitôt que notre conscience se transforme, les circonstances évoluent à l’unisson.
vibrations
Hélas, pour beaucoup de gens, le plus sûr moyen d’obtenir les choses reste encore de croire en la nécessité de grands efforts. Ils n’envisagent d’obtenir ce qu’ils veulent sans avoir à lutter et souvent pour longtemps.
vibrations
Certains vont toujours chercher à s’imposer quitte à devenir de véritables pitbulls. Or, ils se trompent car le succès, la guérison ne s’obtiennent pas de manière durable par la force. Et quand ils obtiennent ce qu’ils veulent si fort, ils restent souvent aussi insatisfaits que lorsqu’ils n’avaient rien s’ils sont incapables de gratitude.
vibrations
demain

 

Envisager la vie comme un combat, rester sur la défensive est épuisant à long terme. Ce genre d’attitudes génère un cortège d’émotions négatives qui finissent par se matérialiser un jour ou l’autre.
vibrations
Si un grand nombre agit avec maladresse, c’est parce qu’ils oublient ou ignorent totalement l’existence d’une manière d’être capable de les relier à ce champ d’énergie où leurs désirs sont à l’état latent.
vibrations
Ne sachant que faire véritablement, ils voient le monde comme un endroit définitivement hostile avec le risque de se transformer en victimes. Une personne persuadée qu’elle sera toujours une « victime » fera inconsciemment tout pour s’attirer des expériences où elle aura effectivement le rôle de victime.
vibrations
Certains gardent malgré tout un regard d’adolescent et entretiennent l’espoir d’une vie plus exaltante qui pourrait arriver par miracle. Mais, selon eux, ce bonheur soudain doit venir de l’extérieur, tomber du ciel sous forme de loterie ou d’un héritage inespéré. Cette attitude leur fait souvent oublier leur manque d’engagement à mettre en place des conditions propices à un futur plus épanouissant.

(source :https://energie-sante.net/apprendre-a-penser-en-terme-de-vibrations/)

Posté par LUMIERE34 à 17:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 août 2017

LA COHERENCE CARDIAQUE

Les bienfaits de la cohérence cardiaque sur le plan physique

  1. Baisse de la tension artérielle.
  2. Amélioration de l’équilibre hormonal : augmentation du taux de la DHEA (hormone de jouvence). Ralentissement du vieillissement.
  3. Amélioration des symptômes prémenstruels avec moins d’irritabilité, moins de fatigue et de déprime.
  4. Baisse du cortisol (hormone du stress) et baisse des palpitations, des tensions dans le corps, des douleurs diverses (mal de dos), des insomnies et de la fatigue.
  5. Système immunitaire plus solide car plus stimulé.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque sur le plan émotionnel

  1. Baisse des symptômes d’anxiété, de peur, de colère, de mécontentement.
  2. Nouvelle capacité à gérer les émotions, apaisement.

Les bienfaits de la cohérence cardiaque sur le plan social

    1. Meilleure maîtrise des réponses intérieures et du coup meilleure ambiance au travail, relations plus harmonieuses (On peut ainsi se calmer soit même et du coup apaiser ceux qui nous entourent, calmer un bébé qui pleure…)
    2. Meilleure écoute, meilleure concentration, réunions plus productives, esprit plus clair, meilleure gestion de l’échec.

Comment intégrer la cohérence cardiaque dans votre quotidien ?

C’est encore une fois très simple, il suffit juste de le décider et de pratiquer trois fois par jour. Vous pouvez vous aider de la méthode du Dr David O’Hare, spécialiste de la cohérence cardiaque,  qui a inventé la méthode cohérence cardiaque 365.

La première étape de l’exercice consiste à tourner son attention à l’intérieur de soi, ce qui suppose de s’extraire du monde extérieur et de nos préoccupations pendant quelques minutes

  1. Commencer par prendre deux respirations lentes et profondes, lesquelles vont d’emblée stimuler notre système parasympathique. Laisser son attention accompagner le souffle tout au bout de l’expiration puis la laisser faire une pause de quelques secondes avant que l’inspiration suivante ne se déclenche d’elle-même. Se laisser porter par l’expiration jusqu’au point où elle se transforme naturellement en une sorte de douceur et de légèreté.
  1. La deuxième étape, après quelques secondes de stabilisation, consiste à reporter consciemment son attention sur la région du cœur dans votre poitrine. Le plus simple pour cela est de s’imaginer que l’on respire « à travers le cœur ». Tout en continuant de respirer lentement et profondément, il faut visualiser et sentir chaque inspiration et chaque expiration traversant cette partie si importante du corps et s’imaginer que l’inspiration lui apporte au passage, l’oxygène dont elle a tant besoin, et que l’expiration lui permet de se débarrasser de tous les déchets dont elle n’a plus besoin, comme un bain nettoyant pour tout le corps.
  2. La troisième et dernière étape consiste tout simplement à vous connecter à la sensation de chaleur ou d’expansion qui se développe dans la poitrine, de l’accompagner et de l’encourager avec la pensée et le souffle. Pour l’aider on pourra évoquer directement un sentiment de reconnaissance ou de gratitude et le laisser envahir la poitrine.

 

Pour cela, aidez vous du nombre 365 : 3 fois par jour, 6 respirations profondes, pendant 5 minutes et le tour est joué !

 (source : https://instantpourelles.com/sante/coherence-cardiaque-habitude-sante/)

Exercice de cohérence cardiaque - Développement personnel

 

 

Posté par LUMIERE34 à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 août 2017

DES REVES CONNECTES AU FUTUR (fin)

Une science de la surprise

Là où d’autres n’y verraient qu’une forme de superstition, Romuald Leterrier a au contraire entrepris de mettre à l’épreuve cette modélisation des rêves par la rétrocognition, « le réel étant aussi souple que le rêve », selon Ernesto. Il s’agit en fait d’entraîner sa conscience extratemporelle (voir encadré) selon une véritable « science de la surprise ». « Il est important de bien mémoriser ses rêves et d’avoir ensuite une forme d’attention flottante, détachée, précise-t-il. L’effet de surprise provoqué par ce type de synchronicités active notre conscience extratemporelle qui influence le hasard. Nous sommes bien en présence d’une science de la surprise qui crée un acte d’observation et simultanément de création d’un événement. Le constat d’une synchronicité est un acte d’observation faisant intervenir nos sens et notre cognition en lien avec notre mémoire, mais aussi notre intelligence du cœur ou émotionnelle en provoquant dans notre organisme une cascade d’émotions qui nous amène presque à l’euphorie. Une bonne synchronicité provoque toujours de la joie et un sourire qui unifie l’observation, le mental, le cœur, et l’esprit. »

Le réel étant aussi souple que le rêve


En 2013, il met au point son premier protocole d’expérimentation pour créer des synchronicités, en s’inspirant de dispositifs divinatoires anciens tels que le Yi-Jing ou la cartomancie. Deux éléments sélectionnés « au hasard » sortent : l’animal rat et l’archétype cristal. Quelques heures plus tard, alors qu’il zappe devant sa télévision, un rat géant au dos recouvert de cristaux de quartz apparaît sur son écran ! Un second tirage effectué un mois plus tard donne le singe associé à la chauve-souris. Le lendemain, Romuald Leterrier se trouve dans un magasin de vêtements et remarque, côte à côte, un pull au motif de chauve-souris avec des perles de cristal et un autre figurant un singe…

À raison d’une expérience tous les deux mois, les synchronicités continuent de se manifester tout en se complexifiant et « en développant des condensations d’information par résonance entre elles » , observe-t-il. L’archétype cristal reste présent, comme un « ciment psychique et physique » ; or il est le symbole d’une matière informée par l’esprit.


L’action de l’intention

« Pensée magique, animisme, névrose obsessionnelle… », Freud ne nous a-t-il pas libérés de toutes ces fadaises ? Et pourtant, la physique moderne vient en renfort de cette lecture rétrocausale avec les propositions iconoclastes du physicien Philippe Guillemant, qu’il a lui aussi testées en maintes occasions et qui l’amènent aujourd’hui à affirmer : « Nos intentions causent des effets dans le futur qui deviennent les futures causes d’un effet dans le présent. » Le concept de rétrocausalité en physique a été défendu en son temps par Olivier Costa de Beauregard, ancien directeur de recherche au CNRS, plus ou moins marginalisé pour son soutien à la parapsychologie. Comme le fait observer Philippe Guillemant, cette notion « exigeait un futur déjà déployé, ce qui a longtemps paru impensable, mais c’est aujourd’hui le concept de causalité stricte, avec flèche du temps, qui est largement remis en question ».

Ainsi, une vingtaine d’articles ont été publiés dans les actes du Congrès international sur la rétrocausalité quantique qui s’est tenu à San Diego en juin 2011. [ observe Philippe Guillemant. L’action de la conscience traduit simplement la causalité inverse, la cause finale, qui est liée à l’intention et qui a volontairement été oubliée par la science parce qu’elle s’est construite en opposition aux religions. Cette cause inverse existe déjà dans notre réalité et la seule chose est d’en faire l’expérience. Le temps n’existe pas ; la sensation du temps correspond à une vague de densification de la conscience collective qui vient modifier localement la réalité à une ou plusieurs époques simultanées, comme illustré dans le film Cloud Atlas. »

Le temps n’existe pas

S’appuyant sur une expérience de simulation chaotique avec des boules de billard virtuelles, en cours de publication dans une revue scientifique, Philippe Guillemant en vient à proposer l’existence de six dimensions supplémentaires pour décrire notre futur : trois pour décrire le point par lequel il faut passer pour connaître les conditions finales (la destination), et trois pour décrire le chemin que l’on va prendre. « Pour décrire précisément ce qui se passe dans l’espace-temps, la physique a besoin de six dimensions supplémentaires, comme le propose la théorie des cordes, mais sans savoir à quoi elles servent », conclut-il.

Dans le cadre de la théorie de la double causalité qu’il propose, notre présent peut être sous l’influence du passé, comme le sens commun nous pousse à le croire de façon exclusive, mais il peut aussi être sous l’influence de notre futur. Même en restant dans une mécanique déterministe, cette théorie dit que nos lignes temporelles peuvent bouger dans le futur, sous l’effet de nos intentions et de certaines « qualités d’âme », ce qui est la source même des synchronicités. « N’y croyez pas, invite Philippe Guillemant. Testez-la ! »


(source :https://www.inrees.com/articles/reves-connectes-futur-chamanisme-physique/)

Posté par LUMIERE34 à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DES REVES CONNECTES AU FUTUR

(© T. Luadthong)Image

Pouvons-nous influencer notre vie en utilisant les synchronicités, en les appelant, voire en les provoquant ? Oui, d’après les pratiques chamaniques venues du fond des âges mais aussi selon la physique moderne ! Et si le futur pouvait être connecté ?

Si les synchronicités ont un sens et que le temps est une illusion nécessaire à notre expérience dans la matière, alors il doit être possible de les utiliser à notre avantage, voire de les provoquer.
Etonnamment (ou pas) on trouve cette approche à la fois dans les pratiques précivilisationnelles de certains courants du chamanisme et dans les réflexions de pointe de la physique contemporaine. Et pour cause, pourrait-on dire, car les deux s’appuient sur le même concept : la rétrocausalité. L’idée que le futur ait une certaine « solidité », sous forme de potentialité ou de réalité psychique, et soit capable d’agir sur le présent n’est en effet pas nouvelle et les chamanes ont toujours su en tirer profit, notamment par l’intermédiaire des rêves.

Le temps du rêve

Ainsi, dans la culture aborigène d’Australie, la notion de rêve est centrale et cette cinquième dimension a sa propre temporalité. L’anthropologue québécoise Sylvie Poirier explique que les Aborigènes vivent la continuité du « rêve ancestral », qui désigne le temps de la création, avec le rêve individuel : « Les rêves sont l’espace-temps privilégié de communication entre les humains et les Anciens, les humains et les esprits des morts. » Le rêve est un voyage de l’âme, il est actif et « représente une forme d’engagement », comme l’écrit de son côté Robert Moss, créateur du rêve actif : « On peut décider de l’endroit où on a envie d’aller et y aller consciemment. » Sylvie Poirier souligne que les Aborigènes distinguent les « rêves ombres », les moins importants et dont on se souvient à peine, et les rêves « porteurs d’un message », « ceux qui présagent d’un événement à venir ou confirment un événement déjà survenu. […] Les rêves peuvent aussi annoncer la visite d’un parent ou d’un étranger ; d’autres présagent d’un malheur prochain […] ; d’autres rêves avertissent d’événements déjà survenus dans une autre région mais dont la communauté du rêveur ne sera informée qu’après que le rêve se soit produit …»

Le rêve oriente finalement les activités liées aux rencontres, à la chasse et à la cueillette, aux maladies, aux conflits, etc. Ce que l’Occidental nomme synchronicité est donc dans cette culture la marque de l’irruption constante du « temps du rêve » dans le temps ordinaire car, note Sylvie Poirier, « l’univers aborigène est un univers ‘‘où tout fait signe’’, ou pour reprendre l’expression de Foucault (1966), un univers où les signes font partie des choses ; les signes n’y sont donc pas des modes de représentation, ils sont des manifestations. Toute manifestation est potentiellement signifiante. »

Un puzzle temporel

En étudiant l’initiation des chamanes Shipibo-Conibo d’Amazonie péruvienne, l’ethnobotaniste Romuald Leterrier a de son côté découvert « une forme de cognition rétroactive avec des échanges d’information à rebours dans le temps, du futur vers le passé ». Là aussi, les chamanes utilisent différentes formes de conscience et donnent la même importance à l’état de veille, au rêve et à « l’expérience visionnaire provoquée par l’absorption de plantes psychoactives comme dans la préparation ayahuasca », explique-t-il.

Mieux, le chamane met en œuvre une logique dynamique d’échanges d’information entre rêves, conscience de veille et visions, et l’expérience initiatique se structure comme un puzzle temporel dans lequel les informations disparates et chaotiques du début de l’expérience prennent du sens dans le futur de l’initiation. « C’est à rebours du temps, par le biais de la rétrocognition, que l’initié non seulement comprend le sens de ses rêves, de ses visions et des synchronicités, mais est aussi susceptible, par l’effet des prises de conscience et de l’intention, de produire à rebours les synchronicités qui vont avoir un rôle d’attracteur et d’organisateur », souligne Romuald Leterrier. Lors d’un séjour chez les Shipibo, un chamane métis, Ernesto, lui apprend qu’il existe une façon de contrôler ses rêves à partir du futur, sur la base d’un travail de mémoire qui consiste à « se souvenir du futur ». Et de lui livrer l’exemple suivant : « Disons que tu as rêvé cette nuit d’un homme habillé en blanc qui te donnait de l’argent. […] Trois semaines plus tard, tu vas à ta banque et l’employé au guichet est habillé en costume blanc. Surpris, tu repenses à ton rêve. C’est cette énergie, ce frisson de la surprise qui parcourt ton corps et ton esprit qui, lorsque tu te souviens de ton rêve, lui donne sa forme et son contenu trois semaines en arrière dans le passé. »

Posté par LUMIERE34 à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 août 2017

LE PAIN ESSENE

Pourquoi « essène » ?

Le pain essène est une recette très ancienne de plus de 2 000 ans qui nous vient du peuple des Esséniens. Ce peuple vivait en harmonie avec la Nature, ils mangeaient leurs aliments tel que trouvés à la table de Dieu, c’est-à-dire crus et non ou peu transformés et avait beaucoup de respect pour la vie et tous les êtres vivants : ils ne tuaient pas les animaux, ne fabriquaient pas d’armes, et partageaient leurs biens avec toute la communauté.

Leur alimentation était aussi proche que la nature pouvait leur fournir. Ils se nourrissaient de fruits, de légumes, de graines germées. Il est dit qu’ils ne mélangeaient pas beaucoup leur nourriture. Ils mangeaient les aliments en saison et mûrs. Quant à leur pain : au lieu de le cuire, ils le déshydrataient au soleil. La température était plus douce que celle du feu, et donc plus « respectueuse » des grains.

Plus clairement, voici ce qu’ils mangeaient : germinations, pousses, céréales, fruits, noix, légumes, occasionnellement du lait cru ou fermenté (fromage et yaourt) et des œufs.
Voici leurs 10 aliments qui étaient les plus souvent mangés : olives, amandes, pistaches, pommes grenade, figues, raisins, dattes, petites pommes jaunes, abricots et caroubes.

 

« Les esséniens étaient guidés par leur croyance : la vie génère la vie ! »

 

Du « pain »… comme notre baguette ?

Pain-esseneSource photo : Je veux tout goûter

Le pain essène est un pain ancestral et non un des nombreux pains spéciaux que nous pouvons trouver dans nos boulangeries. Il ne ressemble en rien à une baguette française. Ni visuellement, ni au niveau de la texture, ni au goût, ni aux niveaux des propriétés nutritionnelles.

Les esséniens sont un exemple concret d’un peuple qui a compris la notion d’interdépendance à la terre nourricière.


Pourquoi l’appelle-t-on pain essène ?


Il s’agit d’un pain ancestral confectionné à partir de céréales germées qui ne contient ni farines, levain ou levure. Il est constitué de graines germées broyées pouvant provenir essentiellement du blé, d’épeautre ou encore de quinoa.
Mais, contrairement à nos pains, les céréales utilisées ne sont pas réduites en farine, mais elles sont germées.

La germination d’un grain de céréale réveille la vie qui sommeille dans la petite graine : la vie prend forme et la magie de la vie opère.

Tous les nutriments (vitamines, oligo-éléments, minéraux, enzymes…) présents dans le petit grain à l’état de « sommeil » se réveillent. La petite graine voit ses nutriments se multiplier de manière impressionnante !

Une incroyable explosion de vitamines !

A titre d’exemple, prenons le blé. Après germination, voici les nutriments qui ont été multiplié dans le petit grain :

La vitamine C augmente de 600 %
La vitamine A augmente de 300 %
La vitamine B1 augmente jusqu’à 20 %
La vitamine B2 augmente de 300 %
La vitamine B3 augmente de 10 à 25 %
La vitamine B5 augmente de 40 à 50 %
La vitamine B6 augmente de 200 %

La germination permet donc de rendre la céréale plus intéressante sur le plan nutritif : une vraie petite bombe de vie et de nutriments.
Ce pain relativement mou et humide a été une étonnante surprise, son goût légèrement sucré a été un enchantement (le goût sucré est naturel il provient de la germination des graines) ! La texture pouvait laisser imaginer un besoin de mastiquer longtemps mais ce ne fût pas le cas.

 

Des bienfaits sur tous les plans ?

Pain-essene

 

La germination, et les graines germées font parties intégrantes de l’alimentation vivante. Les graines germées appartiennent à la famille des aliments biogéniques qui n’ont subi aucune manipulation, elles sont considérées comme des régénérateurs de vie.
Biologiquement, ce type de régime est une vraie mine de nutriments, et est très intéressant sur le plan nutritionnel. N’ayant subi aucune transformation, l’importante quantité de phosphore, magnésium, fer, calcium et vitamine est donc facilement assimilable tout en étant très digeste.

Le pain essène est un excellent antioxydant riche en enzymes et protéines avec des nutriments non altérés par la cuisson et vivants qui apportent rapidement une sensation de satiété. Il convient aux végétariens ainsi qu’aux végétaliens mais également aux intolérants au gluten. Son index glycémique très bas est encore un autre atout pour la santé.

Le pain essène peut être dégusté à tout moment de la journée et fournira une bonne dose d’énergie !

source : http://www.mes-graines-germees.com/pain-essene/

 

 

Posté par LUMIERE34 à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2017

POURQUOI PAS ??

CA VOUS PARLE ? alors cessez d'en donner à vos enfants pour commencer !

Posté par LUMIERE34 à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]