CHEMINS DE VIE

10 novembre 2016

La majorité des sachets de thé populaires contiennent des quantités illégales de PESTICIDES MORTELS

(fuyez ces marques à tout prix)

pesticides mortels

Thé populaires contiennent des quantités illégales de pesticides mortels

Les pesticides se trouvent partout. Ils sont vaporisés dans les cours des écoles et les parcs ouvert aux publics, et malheureusement ils se trouvent également sur les produits que nous achetons au supermarché. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour éviter tout contact avec ces pesticides, nettoyer nos produits avant de les manger, acheter des fruits et légumes bio ou du jardin.

Nous faisons tout ce que nous pouvons pour ne pas consommer ces pesticides toxiques, mais malgré ça, ils retrouvent toujours dans nos assiettes et notre maison. Un des exemples, concerne la découverte de niveaux excessivement élevés de pesticides dans certaines des marques de thé les plus connues, y compris Lipton, Tetley et Twinings.

Les pesticides dans le thé

CBC News a mené une enquête sur les niveaux de pesticides de la plupart des grandes sociétés productrices de thé. Ces entreprises comprennent les marques suivantes:

  • Lipton (Thé vert and thé noir Yellow Label)
  • Tetley
  • Twinings
  • Red Rose
  • Sans marque
  • Uncle Lee Légendes de Chine (thé vert et thé vert au jasmin)
  • King Cole
  • Signal

Avec l’aide d’un laboratoire accrédité, les enquêteurs ont employé la même méthode de test utilisé par l’Agence nationale d’inspection des aliments pour tester les résidus de pesticides sur les feuilles de thé sèches.

Les scientifiques ont découvert que plus de la moitié de tous les thés testés avaient des résidus de pesticides qui étaient au-dessus de la limite légalement acceptable et autorisé. 8 des 10 thés testés contenaient aussi de multiples produits chimiques, avec une marque de thé contenant plus de 22 types distincts de pesticides!

Certains des pesticides qui ont été découverts dans ces thés, y compris l’endosulfan et le monocrotophos, sont actuellement en train d’être interdits par plusieurs pays en raison des risques pour la santé qu’ils représentent pour les travailleurs qui les manipulent et l’impact négatif qu’ils ont sur l’environnement et les consommateurs.

Les meilleures et les pires marques

  https://www.youtube.com/watch?v=JUBfVe8ev_k

Bien que la plupart des marques testées contenaient des traces de pesticides (une seule marque n’en avait pas), certaines marques contiennent une quantité énorme de pesticides tandis que d’autres sont restées en deçà des limites légales. Bien que zéro pesticide soit la quantité préférée, voici une liste des pires contrevenants de sorte que vous serez sûr d’éviter ces marques peu importe à quel point vous avez envie de thé:

  • Uncle Lee Légendes de Chine (thé vert). Cette marque de thé contient plus de 20 différents types de pesticides, y compris l’endosulfan, qui est actuellement en train d’être banni de nombreux pays en raison de ses effets sur la santé et l’environnement. Les effets secondaires de la consommation d’endosulfan comprennent des tremblements et d’autres effets sur le système nerveux, et dans certains cas, la consommation d’aliments contenant de l’endosulfan a entraîné la mort
  • Sans marque. Bien qu’il est est loin d’approcher le thé vert Uncle Lee, il contient quand même plus de 10 différents types de pesticides.
  • King Cole. Ce thé n’est pas aussi lourdement chargés de pesticides que la marque nans nom ci-dessus, mais il a une plus grande variété de pesticides, y compris le monocrotophos bientôt interdit, qui est connu pour causer la défécation involontaire, le poul irrégulier et est également connu pour induire des comas.

pesticides mortelsThé populaires contiennent des quantités illégales de pesticides mortels

L’industrie du thé n’est pas restée silencieuse pendant ce grondement. James O ‘Young, vice-président de Uncle Lee Légendes de Chine, qui se trouve également être la marque qui contenait le plus de pesticides, a défendu la teneur en pesticides de son thé en prétendant que tous les thés contiennent des pesticides.

« Si vous buvez du thé, du thé ordinaire, peu importe la marque, la réalité est que ce produit agricole contient des pesticides », a déclaré O’Young.

O’Young a fait cette déclaration en ignorant le fait que l’enquête de CBC a révélé que, sur les 10 marques de thé différentes testées, Red Rose était le seul produit qui soit complètement exempt de pesticides. Cela prouve qu’il est non seulement envisageable de cultiver du thé sans pesticides, mais que les représentants des grandes marques nous mentent indiscutablement à ce sujet.

Soutenez les compagnies de thé sans pesticides en excluant celles dont vous savez qu’elles contiennent beaucoup de pesticides, comme les marques Uncle Lee et Sans nom et achetez uniquement du thé bio ou les marques dont vous savez qu’elles contiennent peu de pesticides

Pour une liste complète des différentes marques de thé testées lors de l’enquête de Radio -Canada, cliquez ici .

Sources: theheartysoul.com

 

Posté par LUMIERE34 à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 novembre 2016

Dr Kurt : "Pourquoi j’ai choisi de ne plus jamais vacciner mon propre fils et les autres enfants que nous pourrions avoir".

Cet article date de 2014 mais il est toujours d'actualité c'est pourquoi je le mets ici.

secured-copie-1

La vaccination par opposition à l'immunisation
Dr Kurt : "Pourquoi j’ai choisi de ne plus jamais vacciner mon propre fils et les autres enfants que nous pourrions avoir".
Il est absolument nécessaire de clarifier les termes VACCINATION par rapport à IMMUNISATION. Ce sont les médias et le monde pharmaceutique qui ont influencé le public en leur faisant croire que la vaccination était l'équivalent d'immunisation. En ce qui me concerne, je suis pour l'immunisation. Vacciner c'est le fait d'injecter dessubstances dans le corps. Cette pratique ne crée pas l'immunité. Ce sont deux choses complètement différentes...

La création de l'immunité est un processus naturel. Le corps utilise plusieurs moyens de défense. La première ligne de défense est la peau.C'est elle qui arrête tout ce qui peut être nuisible au corps. Avec un vaccin, cette loi de la nature est complètement ignorée et contournée étant donné que l'on injecte des produits que la peau empêcherait de pénétrer dans le corps.

Nous avons aussi un système respiratoire qui fait aussi partie intégrante des défenses du corps. On tousse, on éternue, on se mouche pour pouvoir expulser l' « envahisseur » potentiel. La toux, les éternuements sont les résultats d'un système immunitaire qui fonctionne. Il ne s'agit pas de réprimer ces réactions avec des antipyrétiques, des antihistaminiques etc. Si vous utilisez ces moyens vous risquez de faciliter le rôle des « envahisseurs ».

Nous disposons aussi du système lymphatique qui, en association avec le travail des intestins, pourra lutter contre des « envahisseurs » plus redoutables.

Si votre système immunitaire est affaibli au point de permettre aux « envahisseurs » de franchir ces barrières, ces derniers, vivants ou morts, pourront pénétrer dans le flux sanguin. Une fois dans le sang, ces « envahisseurs » peuvent atteindre n'importe quel endroit du corps. Pas bon du tout !

Un vaccin viole toutes les lois des défenses immunitaires naturelles. Le vaccin fait pénétrer un pathogène potentiel avec toutes sortes d'ingrédients TOXIQUES (aluminium, formaldéhyde, adjuvants etc.) directement dans le flux sanguin. Ceci ne pourrait jamais se produire avec une immunité naturelle bien construite. Cette dernière phrase est une sorte de contradiction en soi. L'immunité est une chose naturelle. Les vaccins sont des choses artificielles.

Recherche biaisée :

La recherche officielle nous dit que les vaccins sont sûrs et efficaces ; c'est son mantra habituel. Mais cette recherche est biaisée parce qu'elle ne correspond pas aux exigences scientifiques qui s'appliquent aux autres produits. La Règle d'Or de la recherche scientifique est l'étude en double aveugle, randomisée et contrôlée. (RCT).

Cela signifie que les personnes testées doivent être réparties au hasard en deux groupes. Les deux groupes reçoivent soit le véritable produit testé, soit un « faux » produit. On vérifie ensuite quel groupe de personnes se portent le mieux, quel groupe se porte moins bien etc. En théorie, il ne peut y avoir de biais parce que les chercheurs ne savent pas qui fait partie du premier groupe ou du groupe placebo.

Combien de vaccins a-t-on déjà étudiés de cette manière ? AUCUN ! La raison ? Les chercheurs diront qu'ils ne peuvent réaliser pareille étude (avec un groupe vacciné par rapport à un groupe non vacciné) parce qu'ils estiment qu'il serait contraire à l'éthique de ne PAS administrer un vaccin à un enfant. Ils prétendent ne pas vouloir être responsables si un enfant devait mourir d'une maladie qui aurait pu être évitée. Mais s'il arrivait qu'une personne (qui, par exemple, prend des antidépresseurs) meurt au cours de leurs essais, là, il ne semble y avoir aucun problème.

Je dis aux compagnies pharmaceutiques que je me porte volontaire pour que mon enfant soit repris dans un groupe placebo pour que l'on puisse comparer son état de santé avec celui de tous ceux qui ont reçu tous les vaccins recommandés. Je suis aussi certain qu'il serait relativement facile de rassembler quelques centaines de milliers d'enfants supplémentaires qui accepteraient de faire partie du groupe placebo.

Au lieu d'effectuer des recherches pour vérifier la sûreté et l'efficacité des vaccins, ils s'intéressent essentiellement à une chose : est-ce que la personne produit des anticorps par rapport à l'antigène (« l'envahisseur ») qui se trouve dans le vaccin. Si la personne fait des anticorps, alors le vaccin est « sûr » et « efficace ». C'est en tout cas ce qu'ils veulent nous faire croire. Il convient aussi de savoir que les études sont rarement effectuées sur des enfants en-dessous de 4 ans. Comment peut-on prétendre que tel ou tel vaccin soit sûr et efficace pour un bébé si on n'a jamais testé ce vaccin sur des bébés ?

Les deux groupes de personnes qui ont une production limitée d'anticorps sont les nourrissons et les personnes âgées. Or, ce sont précisément ces deux groupes que l'on vaccine le plus [...]

Les bébés ne produisent pas d'anticorps avant 6 mois. Dès lors, pourquoi administrer des vaccins à des nourrissons avant 6 mois s'ils ne peuvent pas produire d'anticorps ? Même si la théorie vaccinale était valable, il serait absolument inutile d'injecter un vaccin à un bébé de moins de 6 mois. Comme le système immunitaire d'un enfant n'est pas mature avant l'âge de deux sans, la surcharge de vaccins avant l'âge de 18 mois paraît complètement absurde.

Les rappels :

Exposer des enfants qui ont à peine 18 mois à 36 vaccins est un autre aspect de cette science de pacotille. A propos des recherches faites sur l'efficacité des vaccins (pendant combien de temps tel ou tel vaccin va-t-il être efficace ?), on n'en a pas la moindre idée. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il existe plusieurs vaccins pour différents antigènes.

Prenons le dernier vaccin contre le HPV pour les jeunes-filles de 12 ans. Ces dernières doivent recevoir 3 injections contre le HPV qui « POURRAIT » (mais la chose n'a jamais été confirmée) contribuer à provoquer un cancer du col de l'utérus.

Le fabricant prétend que le vaccin est efficace pendant 5 ans. Ici le problème est double. 1. L'âge moyen où des personnes font un cancer du col de l'utérus est de 50 ans. 2. Le vaccin est administré à des filles de 12 ans. Nous vivons dans un système qui pousse les jeunes-filles à se faire injecter des vaccins dont l'efficacité dure 5 ans pour une maladie qui, en moyenne, concerne des personnes de 50 ans. Si on administre un vaccin à une fille de 12 ans, que restera-t-il de l'efficacité de ce vaccin quand elle aura 17 ans ? Et on continue de prétendre pouvoir éviter le cancer du col quand elles seront plus âgées ! Et, ce serait moi le charlatan qui dénonce ce problème des vaccins ?

Alors, quels sont les taux d'efficacité des autres vaccins ? Qui le sait ? Ils n'étudient pas cette question ; ils disent qu'il faut d'autres études. Une fois que tel vaccin a été approuvé par la FDA et qu'il est sur le marché, il n'est plus nécessaire d'encore dépenser de l'argent pour étudier ses effets. En lieu et place, on a un « tube à essai » de quatre millions de nouveaux sujets chaque année. Ils peuvent se détendre et même ne jamais s'inquiéter de quelque plainte que ce soit parce que le gouvernement les protège de toute responsabilité.

Comme aucune étude ne peut déterminer avec exactitude la durée d'efficacité des vaccins, il sera possible de recommander sans fin des piqûres de rappel. Les vaccins qui me préoccupent le plus sont les vaccins qui s'administrent en quatre fois. Si les 3 premières injections ne confèrent pas d'immunité, comment peut-on savoir que la dernière injection pourra procurer une immunité à vie ? Pourquoi, par exemple les 2 premières doses d'un vaccin seraient-elles seulement valables pour une année, et comment se ferait-il que la dernière dose soit valable pour une vie entière ? Tout cela nous semble assez arrogant et manquer totalement de logique.

Source: Health Impactnews via http://www.sylviesimonrevelations.com/

Posté par LUMIERE34 à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2016

LE MIEL : UNE DEMANDE COLOSSALE... ET UNE OFFRE QUI N'ARRIVE PAS A SUIVRE

J'ai traité plus d'une fois ici le sujet du miel pour en vanter les bienfaits mais aussi pour mettre en garde contre les miels trafiqués, en voici encore un exemple

Crédit: AleksandrJunaev.

 

Pour pouvoir répondre à la demande, le marché international est inondé de produits frauduleux : faux étiquetage, origine trafiquée ou ajout de sirop de sucre... L'exportation de miel dans le monde a augmenté de 61% en 6 ans.

 

«Le miel adultéré (modifié ou falsifié), c'est le principal fléau pour l'industrie apicole, plus que les pesticides ou les problèmes sanitaires», a assuré à l'AFP le professeur argentin Norberto Garcia, invité au 21e Congrès de l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf), à Clermont-Ferrand. M. Garcia, qui est également le président de l'Organisation internationale des exportateurs de miels, a constaté que les exportations de miel ne cessent de croître: alors que le nombre de ruches a augmenté dans le monde de 8% de 2007 à 2013, l'exportation de miel dans le monde a augmenté de 61%.

Dans l'hémisphère «oriental» - allant de l'Ukraine à Taïwan -, la tendance est encore plus criante avec une hausse de ruches de 13% quand les exportations explosent de 196%, selon des chiffres croisés de la FAO et des Nations Unies. «Ces statistiques montrent une choquante anomalie allant complètement à l'encontre des tendances mondiales de baisse de productivité des ruches», a souligné M. Garcia devant un parterre d'apiculteurs réunis au congrès de l'Unaf, qui se tient jusqu'à dimanche.

Lire aussi: Les abeilles françaises n'ont jamais aussi peu produit de miel qu'en 2016

Alors comment justifier de tels volumes? «La fraude est responsable de l'injection de volumes très importants de miels dilués à bas prix sur le marché mondial», a affirmé celui qui travaille également au sein de la société argentine Nexco, spécialisée dans l'exportation de produits du rucher. Car «la production mondiale n'est pas suffisante pour répondre à la demande mondiale». A l'image de la Chine: avec 450.000 tonnes produites par an (dont 150.000 tonnes sont exportées à l'étranger), le pays, qui est par ailleurs le premier pays producteur et consommateur de miel dans le monde, est loin de satisfaire une demande locale avoisinant les 700.000 tonnes par an, selon d'autres chiffres que M. Garcia s'est procuré auprès de sources non officielles chinoises.

Un tiers des miels «non conformes»

«De très nombreux pays en Europe ont augmenté leur exportations de miel l'année dernière. En parallèle, ils ont aussi augmenté leurs importations en provenance de Chine et les statistiques nous montrent que ce miel est ensuite réexporté et étiqueté comme produit local», a renchéri Norberto Garcia, estimant que des «acteurs locaux» pouvaient être complices de cette falsification. Il a également fait état d'une étude sur la prévalence de la fraude dans le miel de l'Union européenne (datant de décembre 2015) ayant démontré que «32% des échantillons étudiés étaient non conformes, ou présumés non conformes».

Parmi les miels incriminés, les produits d'Asie sont, selon lui, considérés «à risques», au point que les autorités chinoises elles-mêmes tentent de remettre un peu d'ordre en analysant le miel exporté vers l'Union européenne. Cette suroffre pourrait également être responsables de la «chute significative du prix du miel depuis janvier 2015 au niveau mondial», a expliqué Garcia.

«Les principales victimes, ce sont les consommateurs mais aussi les apiculteurs eux-mêmes, en Europe comme en Chine», a-t-il jugé estimant que les autorités nationales devraient intervenir pour contrôler ce marché avec des méthodes éprouvées comme la résonance magnétique nucléaire et en partageant les résultats d'analyses au niveau mondial.

(source : http://www.lefigaro.fr)

 

 

 

Posté par LUMIERE34 à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2016

DES NANOPARTICULES POTENTIELLEMENT CANCEROGENES DANS PLUS DE 100 SUCRERIES POUR ENFANTS

 

Vous avez peut-être déjà repéré la mention de ce colorant sur des produits alimentaires : le « E171 ». Il s’agit de dioxyde de titane. Il sert à améliorer l’aspect du produit en lui donnant une blancheur immaculée ou en faisant briller bonbons et glaçages. Une enquête de l’association Agir pour l’environnement révèle que plus de 100 produits destinés aux enfants contiennent ce colorant [1] : bonbons Têtes brulées, Elodie, Fizzy, chewing-gumAirwaves, Hollywood, Freedent, Malabar, confiserie M&M’s (Mars), Skittles, gâteaux LU, chocolats Milka (Mondelēz International), décorations gâteaux Vahiné (McCormick)...

Problème : le dioxyde de titane contient des particules d’un diamètre moyen de 100 à 130 nanomètres. « Les particules de taille extrêmement petite (un milliardième de mètre) ont la capacité de franchir les barrières physiologiques (intestins, cerveau, reins…), de pénétrer dans l’organisme et de s’y accumuler », précise Agir pour l’environnement. Pour le journaliste Roger Lenglet, il s’agit d’une « bombe sanitaire » dans la mesure où ces particules peuvent avoir des effets mutagènes, cytotoxiques, cancérigènes, voire même neurotoxiques (notre entretien). Or, les enfants sont en première ligne : ils ingurgiteraient deux à quatre fois plus de titane que les adultes du fait de leur consommation de sucreries.

Infraction à la réglementation européenne

L’étiquetage des nanoparticules dans l’alimentation est théoriquement obligatoire depuis décembre 2014. Le règlement européen « INCO » prévoit l’obligation d’apposer sur l’étiquette la mention « nano » entre crochets, avant le nom de l’ingrédient concerné, à compter de fin 2014 [2]« Mais la pression des lobbys industriels pour un allègement de cette obligation a retardé l’entrée en vigueur de cette mesure », relève Avicenn, un association de veille citoyenne sur les nanotechnologies. « A notre connaissance, aucune mention [nano] ne figurait en tout cas en juin 2016 sur les étals français. »

Les nanoparticules de dioxyde de titane sont pourtant classées comme « cancérigène probable » pour l’être humain depuis 2006 par le Centre international de recherche sur le cancer. En 2014, l’Anses – l’autorité sanitaire française en matière d’alimentation – préconise même de les classer comme substances dangereuses afin de permettre des mesures de restriction [3]. L’institut sanitaire des Pays-Bas (RIVM) vient d’alerter sur leurs risques pour le foie, les ovaires et les testicules [4]« Après le scandale de l’amiante, comment accepter que les enfants soient les cobayes de ces substances dangereuses qui envahissent notre alimentation à notre insu ?, interpelle l’association Agir pour l’environnement. N’ayant aucune utilité pour le consommateur tout en leur faisant courir des risques inutiles, un moratoire sur la nano-malbouffe s’impose ! »

PAR 

Posté par LUMIERE34 à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2016

LES CHERCHEURS DES MEDECINES ALTERNATIVES...sont des combattants ?...

Par Alexandre IMBERT

 

Bonjour,

On dit parfois que les chercheurs des médecines alternatives sont des cinglés. Et c’est vrai car il faut une certaine dose de folie pour oser affronter le dogme médical. Certains l’ont payé de leur vie, d’autres ont été ruinés… Et quelques uns, plus chanceux, sont devenus des auteurs à succès.

Ce sont des combattants. Ce sont des types, qui, dans les films, se rueraient à l’assaut de la colline sous les balles des mitrailleuses - tandis que les autres, terrés dans la tranchée attendent terrifiés qu’il se fasse dézinguer. Quelques uns de ces va-t-en-guerre parviennent tout de même jusqu’au bunker de l’ennemi. C’est de cas de Bernard Christophe et de Viviane Schaller

Souvenez-vous. Bernard, pharmacien de formation a été le premier à alerter le public des dangers de la maladie de Lyme et surtout, le premier à contester l'efficacité du traitement antibiotique proposé aux patients. Imprudent... Viviane, biologiste, proposait un test de la maladie de Lyme non approuvé par la Sécurité Sociale, mais validé un peu partout dans le monde. Pas glop ! Tous deux ont été condamnés en première instance. Neuf mois de prison avec sursis, lourde amende, Bernard et Viviane en ont pris plein leur poire. L’appel était plaidé le 7 octobre dernier et nous verrons bien ce qui sera décidé par la Cour d'appel de Strasbourg

Mais une autre procédure démarre : celle lancée par 130 patients qui attaquent les laboratoires ayant fourni le test officiel de la maladie de Lyme, le test Elisa (remboursé par la Sécurité Sociale). Le motif ? Le test n’est pas fiable, expliquent les malades, et ils n’ont pas pu bénéficier à temps d’une prise en charge adaptée. Là encore, nous verrons bien ce que les juges diront. Mais que répondent les laboratoires ? « La ministre a été alertée de longue date par nous-mêmes… Ce test n’est qu’un des éléments de détection de la maladie ». Avec quelle subtilité ces choses là sont dites ! En clair : « On savait que le test était nul, on l’a dit à la Ministre. Le médecin n’a qu’à faire son boulot, le diagnostic c’est lui, pas nous ».

Le mois dernier, la Ministre en question avouait elle-même à demi-mot que les méthodes de détection de la maladie n’étaient pas fiables. Bon, vous avez compris, si vous aviez la maladie de Lyme, vous auriez mieux fait de passer par Bernard Christophe et Viviane Schaller. Ils avaient raison, chacun en convient désormais. Mais je suis curieux de savoir ce que diront les juges d'appel en décembre prochain. Car je ne serais pas surpris qu'ils soient condamnés quand même. Je connais Bernard - pas Viviane - et je sais que rien n'entamera sa bonne humeur ni sa pugnacité. Je sais aussi qu'il est heureux d'avoir fait bouger les lignes, d'avoir bousculé le laboratoire BioMérieux et d'avoir alerté largement les malades.

Bernard a planté son drapeau sur le bunker de l'ennemi, mais il y a laissé quelques plumes. Dans les films, son acte courageux lui vaudrait sûrement des félicitations officielles et la jolie fille tomberait dans ses bras. Dans la réalité, je crains que ce soit nettement moins glorieux. Suivons cela à la fin de l'année, on saura alors ce que valent les belles déclarations sur la protection des lanceurs d'alerte.

D'ici là, prenez soin de vous

 (Editorial  de la Lettre d'Alternative Santé )

Posté par LUMIERE34 à 12:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


SAVOIR : LES EFFETS RAVAGEURS DU COCA SUR L'ORGANISME

Cet article ayant un Copyright je ne puis le copier mais vous le trouverez ici :

https://alimentationintelligente.com/2016/06/05/les-effets-ravageurs-du-coca-sur-lorganisme/

moi, je m'en sers uniquement pour nettoyer les toilettes, c'est fabuleux et moins cher que les produits spéciaux !

Posté par LUMIERE34 à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 octobre 2016

COMMENT RECONNAITRE FACILEMENT UNE VIANDE POTENTIELLEMENT CANCERIGENE

Depuis que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé, que les charcuteries tels que les saucisses, les pâtés, les viandes transformées et autres, peuvent causer le cancer, nombreuses sont les personnes dans le monde à être désormais inquiètes au sujet de ces aliments.

Si vous faites partie de ces personnes, vous n’avez aucune raison de paniquer. Nous allons vous montrer dans cet article, ce que vous devez faire pour vous protéger et préserver votre famille des dangers que peuvent représenter ces types d’aliments.

 Une impressionnante étude sur les charcuteries :

Un groupe de spécialistes de la médecine, composé de 22 scientifiques, a réalisé une série d’étude sur les causes du cancer chez l’homme. L’étude a donc porté sur les viandes transformées. Il s’agit des jambons fumés, des saucisses, des viandes séchées et des viandes en conserve.

Il a été découvert que ces viandes transformées présentaient des risques de cancer pour l’homme. Elles seraient susceptibles de provoquer le cancer du côlon. Les chercheurs ont estimé que la consommation d’environ 50 g de viande transformée par jour, peut augmenter le risque de développer un cancer colorectal de 18 %.

Le risque est aussi présent avec les viandes rouges, tels que les viandes de bœuf, de veau, de porc, d’agneau et de cheval. Les résultats de l’étude font savoir que ces viandes rouges peuvent être liées au cancer de prostate et à celui du pancréas. Mais vous n’avez pas besoin d’éliminer ces aliments de votre régime.

Voici Trois conseils essentiels pour consommer les charcuteries tout en évitant les risques de cancer :

 

meatdecla

 

Selon la même étude réalisée sur les viandes transformées et les viandes rouges, Vous devez éviter leur achat et leur consommation, quand l’un de ces trois cas se présente :

  1. Le premier cas, considéré d’ailleurs comme la plus importante, est quand il y a le signe MSM sur la déclaration. Ce signe indique que la viande utilisée dans ces produits est séparée mécaniquement, et qu’elle contient toutes sortes d’antibiotiques, d’hormones, de métaux lourds et d’autres poisons que les animaux ont mangé au cours de leur vie.
  2. Il en est de même si vous retrouvez inscrit sur l’emballage « nitrites d’émulsifiant », avec les marques: E249, E250, E251 et E252. Ces composés sont très dangereux et nuisibles, parce que quand ils sont combinés avec les acides aminés de la viande -ils créent des composés nitrosamines cancérigènes.
  3. Le troisième cas, c’est quand vous remarquez sur la déclaration les indications de poly-phosphates. Ils sont habituellement marqués de la sorte – E451, E452 et E453. Ce sont des composés dangereux, car ils sont considérés comme génotoxique, et  peuvent endommager les gènes.

Source : AstucesNaturelles via http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Posté par LUMIERE34 à 12:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2016

GREENPEACE RECENSE 53 PESTICIDES DIFFERENTS DANS LES POMMES EUROPEENNES

NE POUVANT METTRE LE TEXTE ICI JE VOUS INVITE  A VOUS REFERER A L'ARTICLE 

http://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/28927/greenpeace-recense-53-pesticides-differents-pommes-europeennes

 Biocoop condamné à 30 000 € d’amende pour sa campagne sur les pommes traitées !

"Dure condamnation par le TGI de Paris du réseau Biocoop en Septembre dernier en raison de sa campagne publicitaire anti pesticides."

voir l'article ici :

https://lesbrindherbes.org/2016/10/14/biocoop-condamne-a-30-000-e-damende-campagne-pommes-traitees/

 

Posté par LUMIERE34 à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2016

PETIT DEJEUNER.LA PLUPART DES MUESLIS NON BIO SONT BOURRES DE PESTICIDES

  • Selon une étude de Générations futures, seuls les müesli bio ne contiennent pas de pesticides.Selon une étude de Générations futures, seuls les müesli bio ne contiennent pas de pesticides. | Fotilia

Générations futures publie ce mardi une enquête sur la présence de pesticides et de perturbateurs endocriniens dans des mueslis (et assimilés). Seuls les produits bio en sont exempts.

Vous vous apprêtiez à engloutir une bonne cuillerée de müesli avec du lait pour votre petit-déjeuner. La suite va peut-être vous en dissuader.

L'association Générations futures rend publique ce mardi les résultats d'une enquête portant sur plusieurs marques de müeslis, rapporte France Inter. L’association a acheté au hasard 15 boîtes de céréales non bio et 5 boîtes bio. Chacune de marque différente, y compris les marques distributeur.

Après analyses en laboratoire, il apparaît que toutes les céréales non bios passées au crible contiennent des résidus de pesticides et de perturbateurs endocriniens, des substances chimiques soupçonnées d'être délétères pour la santé par leur impact sur notre système hormonal.

Risque de cancer ou d'obésité

141 types de perturbateurs endocriniens ont été trouvés dans les céréales étudiées. Seules les marques bio n'en contiennent aucun.

En moyenne, l'association a relevé près de 10 résidus de pesticides par échantillon non bio (14 pour celui qui en contenait le plus, 6 pour celui qui en contenait le moins).

« Ce rapport révèle encore l’exposition de la population à de trop nombreux résidus de pesticides perturbateurs endocriniens suspectés pouvant agir à des doses très faibles. » déclare François Veillerette, porte-parole de Générations Futures.

Effet cocktail

Une consommation raisonnable de 50 à 100 g de céréales par jour n'est pas dangereuse pour la santé. Toutefois les experts s'inquiètent de l'effet cocktail de ces substances qui en plus de notre alimentation se nichent dans nombre des produits que nous utilisons quotidiennement : cosmétiques, produits ménagers, jouets, emballages.

Elles sont particulièrement nocives pour les personnes vulnérables telles que les personnes âgées, les jeunes enfants mais aussi les femmes enceintes et leur foetus.

« Les femmes enceintes ne devraient être exposées à aucun perturbateur endocrinien »affirme-t-il. « Tout se passe comme si les perturbateurs endocriniens programmaient certaines maladies qui vont se développer plus tard dans la vie de l’enfant à naître », explique François Veillerette à France Info.

Les perturbateurs endocriniens sont soupçonnés de provoquer des malformations, d'entraîner des problèmes d'infertilité, de puberté précoce, de favoriser l'obésité ou encore d'augmenter les risques de développer certains cancers.

En mai dernier, l'association Alerte Médecins sur les pesticides proposait des actions faciles à mettre en place pour limiter l'exposition aux perturbateurs endocriniens dans notre vie quotidienne. À commencer par faire ses courses au rayon bio.

Générations futures a acheté 20 paquets de céréales de type müesli et assimilés - 15 non bio et 5 bio - dans des supermarchés de la région Hauts-de-France, en variant les enseignes (Leclerc, Intermarché, Auchan Carrefour).

Voici les produits analysés :

All Bran Fruit' fibres Kellogg’s

Crousty 4 fruits Auchan

müesli (pétales de blé) Fruits et Fibres Auchan

müesli Alpen sans sucre ajouté

müesli Bran Form fruits secs Brin de jour

müesli Carrefour 7 fruits

müesli Carrefour Fruits et Fibres

müesli Classic morceaux de fruits Chabrior

müesli croustillant aux fruits Brin de Jour

müesli Jordans Country Crisp céréales complètes fruits et noix

müesli Jordans Suprême 40% fruits

müesli Kellogg’s Country Store

müesli Kellogg’s Extra pépites crunchy müesli

Nestlé Fitness 5 fruits

Spécial müesli 30% fruits et noix Jordans

müesli Bio 7 fruits Auchan

müesli Bio aux fruits Bjorg

müesli Bio croustillant 4 céréales et fruits secs Bio Village

müesli Bio croustillant aux 7 fruits Terre et céréales Bio

müesli Bio Jordans aux fruits et noix

http://www.ouest-france.fr/ VIA http://www.2012un-nouveau-paradigme.com

Posté par LUMIERE34 à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2016

LA PUISSANCE DE L'INTENTION ( documentaire)

« Ce sont vos modes de pensées qui décident si vous allez réussir ou échouer. » (Henry Ford)
« Vous êtes maître de votre vie, et qu’importe votre prison, vous en avez les clefs. » (Hervé Desbois)
« Notre esprit n’a pour limites que celles que nous lui reconnaissons.» (Napoleon Hill)

Sommes-nous responsable de notre vie ?
Qu'est ce que le hasard ?
En quoi sommes-nous la cause inconsciente de ce qui nous arrive ?

Comment nos pensées, nos croyances et nos conditionnements peuvent-elles avoir le moindre effet sur la réalité ?
Quelle est la véritable nature de notre conscience ?

Pour répondre à ces nombreuses interrogations, nous sommes allés à la rencontre d'intervenants qui nous ont amené des éléments de réponses,
de part leur parcours, leur vécu, et leur compréhension des mécanismes de l'esprit humain.

Un documentaire d’Anthony Chene

 

Posté par LUMIERE34 à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]