CHEMINS DE VIE

15 avril 2019

LE SMARTPHONE...

c'est la liberté qui assiste les sages...

et c'est de l'esclavage qui détruit les faibles !

 

Effrayant !

 

 

Voici un court extrait alarmant issu d’une psychologue américaine Jean M. Twenge qui étudie depuis 25 ans le comportement social et affectif des jeunes. Dans un article intitulé "Les smartphones ont-ils détruit une génération ?", elle explique que tout a changé à partir de 2012. Cette année-là, plus d’un ado sur deux était équipé d’un smartphone. Aujourd’hui, c’est quatre sur cinq. Durant cette période, les évolutions suivantes se sont produites. Elles concernent toutes les classes de la population, riches ou pauvres :

 

  • Les symptômes dépressifs se sont accrus de 50% chez les filles et de 21% chez les garçons, de 2012 à 2015.
     
  • Le nombre de filles qui se sont suicidées a triplé entre 2007 à 2015, et celui des garçons doublé.
     
  • Le nombre de jeunes qui voient des amis tous les jours a baissé de 40% entre 2000 et 2015.
     
  • Les jeunes de 16 ans sortent moins que ne le faisaient ceux de 12 ans en 2009. Ils sont en train de cesser progressivement de sortir et de se socialiser dans les parcs, squares, etc., et restent seuls chez eux avec leur smartphone.
     
  • En 2015, seuls 56% des élèves de terminale sont "sortis" avec quelqu’un, contre 85% des jeunes dix ans plus tôt, un chiffre qui était stable depuis les années 1960.
     
  • Le nombre d’enfants qui manquent de sommeil a augmenté de 57% entre 1991 et 2015.
     
  • Aux États-Unis, où l’obtention du permis de conduire était le rêve de tous les jeunes autrefois, le passeport pour la liberté, on observe un désintérêt massif des adolescents, qui préfèrent rester dans leur chambre sur leur smartphone et se faire conduire par leurs parents.
     
  • Concernant la consommation d’alcool, les rencontres amoureuses, les adolescents se comportent comme nous le faisions à 15 ans, et ceux de 15 ans comme nous le faisions à 13 ; ils sortent moins souvent, les rares fois où ils le font sont abondamment communiquées sur Snapchat, Instagram ou Facebook. Ceux qui ne sont pas invités se sentent donc cruellement exclus : le nombre de jeunes filles se sentant rejetées et isolées a augmenté de 48% de 2010 à 2015 et le nombre de garçons de 27%.

 

La psychologue raconte :

 

"J’essaye de leur parler et ils ne me regardent pas. Ils regardent leur smartphone."

 

Lorsqu’ils se confrontent malgré tout aux enfants de leur âge, leur manière d’interagir est profondément dégradée. En effet, bien que physiquement ensemble, cela n’interrompt nullement le fonctionnement des smartphones. Une jeune fille témoigne : "J’essaye de leur parler de quelque chose, et ils ne me regardent pas droit dans les yeux. Ils regardent leur téléphone ou leur Apple Watch."

 

La psy demande :

 

"Et qu’est-ce que ça te fait, quand tu essayes de parler à quelqu’un en face-à-face et qu’il ne te regarde pas ?", lui demande la psychologue.

 

- "Cela me fait mal. Je sais que la génération de mes parents ne faisait pas ça. Je peux être en train de parler de quelque chose de super-important pour moi, et ils ne m’écoutent même pas."

 

Le smartphone,
un gadget qui rapproche ceux qui sont loin
et qui isole de ceux qui sont autour

 

COMMENTAIRE MD

 

Je suis toujours étonné lorsque j’observe des ados de constater que la plupart d’entre eux est incapable de rester plus de deux minutes d’attente sans se connecter au moins visuellement sur leur i-phone - cela fait penser à la tétine des bébés pour les conforter et les rendre paisibles.

 

Il semble que par cette addiction, ces jeunes cherchent à combler un néant, un vide angoissant au milieu de leur tête qu’ils sont incapables de remplir par des pensées personnelles – serait-ce un refus d’assumer la réalité qui les entoure par une échappatoire dans un monde virtuel à risque zéro ?

Mais nous parlons des jeunes, n’est ce pas déjà la même chose depuis longtemps concernant nombre d’adultes qui sont incapables de rester cinq minutes sans mettre la radio avec un fond musical qu’en outre ils entendent mais n’écoutent pas – ces gens aussi doivent combler à tout prix leur vide intérieur, tel un terrain aride sur lequel rien ne pousse.

 

Comment la moindre réflexion profonde, la moindre pensée créatrice peut émerger d’un brouhaha sonore constant et pire quand il s’agit de confiture audio visuelle sans répit ? La pensée profonde, les solutions aux grands problèmes de la vie, l’inventivité technique et artistique ne peuvent émerger que du silence.

 

Le silence est l’ami de la richesse intérieure qu’il grandit,
et l’ennemi de la médiocrité qu’il rend insoutenable.

 

Enfin  je  terminerai par les conclusions accablantes de plusieurs grandes études concordantes sur l’effet désastreux d’une ambiance télé non stop sur des bébés et petits enfants (même s’ils ne s’en occupent pas) – et cela dure jusqu’à la maternelle. Et bien les statistiques sont formelles, ces enfants seront obtus, s’intéressant peu aux cours, et connaîtront globalement l’échec scolaire. Manifestement, les rayonnements complexes de la télé leur a atteint définitivement des fonctions du cerveau.

 

Ce phénomène est encore aggravé lorsque les parents ont acheté des tablettes de jeux soi-disant éducatifs pour 1er âge ou des dessins animés plutôt que "des livres comme nous avons connus" – ces enfants deviennent rapidement accros, agités, impatients, voire coléreux (mais le médecin ne manquera pas de prescrire de la Ritaline dans ce cas…)

 

Jolie génération de bras cassés qui arrive, et dont les seuls épargnés seront ceux qui ont la chance d’avoir des parents intelligents et lucides… et responsables !

(par Michel DOGNA)

 

 

Posté par LUMIERE34 à 15:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 avril 2019

ROUGEOLE VERS UNE VACCINO-RESISTANCE ? (fin)

Rougeole : faut-il une nouvelle approche vaccinale ?

C'est l'idée lancée en particulier par Didier Raoult dans un article paru en octobre 2018 dans The Lancet [1]

 

Rougeole : une nouvelle approche vaccinale est-elle nécessaire ?
 
 
“Deux particularités sont apparues depuis 2017.
 
Premièrement, les épidémies touchent à la fois les personnes non vaccinées et les personnes vaccinées ...
 
Deuxièmement,  la souche B3, initialement importée d'Afrique, puis d'Europe orientale, d'Europe centrale et des États-Unis, participe à la réémergence mondiale de la rougeole, en plus du génotype D8.
 
De plus, la rougeole a été définie comme une maladie liée aux voyages et elle se propage dans les écoles et les hôpitaux. La réémergence de la rougeole dans des zones post-élimination telles que le Portugal, un pays sans transmission endémique de la rougeole depuis 12 ans, est alarmante.
 
Comparé à la distribution de 2011, le génotype B3 est maintenant distribué à l'échelle mondiale. Il a été rapporté comme étant plus transmissible que les autres génotypes.
 
De manière frappante, une seule étude a recherché si le vaccin utilisé dans le monde entier était efficace contre cette souche B3. En ce qui concerne l'efficacité protectrice du vaccin contre les génotypes du virus de la rougeole actuellement en circulation, Fatemi Nasab et coll. ont montré que les titres en anticorps neutralisants étaient plus faibles pour le génotype B3 que pour les génotypes H1, D4 et A.
 
Les conséquences de l’émergence de cette nouvelle souche B3 sur l’efficacité du schéma vaccinal actuel et sur l’objectif d’éradication proposé par Fenner en 1998 sont inconnues
 
En Europe, la question se pose de savoir si une troisième ou même une quatrième dose de vaccin devrait être proposée aux personnels de santé et si une nouvelle vaccination tous les 5 ans permettrait de garantir une couverture vaccinale suffisante contre les nouvelles souches."
 Il n’y a pas si longtemps on disait que le vaccin protégeait toute la vie ...En octobre 2013 j'assistais au congrès Adelf-Sfsp de Bordeaux. J'avais soulevé le problème de la durée de l'efficacité du vaccin contre la rougeole. Il me sera répondu par un jeune membre du CTV qu'on disposait maintenant d'études qui confirmaient cette efficacité à vie ...
 
"Nous sommes confrontés à des épidémies de rougeole et à des flambées qui touchent les personnes immunisées et dans lesquelles les souches B3 et D8 sont impliquées."
Même si l'auteur n'en parle pas, il est plus que vraisemblable que l'émergence mondiale de cette souche B3 est la conséquence de la généralisation mondiale de la vaccination contre la rougeole. Cette vaccination a sélectionné en les favorisant, les souches les moins réceptives au vaccin utilisé.
[1]  The Lancet Volume 18, ISSUE 10, P1060-1061, October 01, 2018 DOI :
https://doi.org/10.1016/S1473-3099(18)30543-7

Posté par LUMIERE34 à 15:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ROUGEOLE VERS UNE VACCINO-RESISTANCE ? (1)

Nous avons connu la gloire des antibiotiques, pour l’antibio-résistance qui met en péril tous les progrès de la médecine moderne.

La rougeole très épidémique et dangereuse en Afrique à cause de la malnutrition aurait été en voie d’éradication par la vaccination. Toutes les campagnes vont dans le sens d’un élargissement de la couverture vaccinale, malgré les 30 à 40 % de Français qui n’ont pas confiance dans les vaccins, et que l’on appelle antivax.

Mais la nature, de son côté, semble mettre en place un nouveau phénomène: la vaccino-résistane.

Une manière que la nature a de réagir face à la tentative d’éradication.

Ce problème n’est pas nouveau, nous l’avons déjà rencontré avec le vaccin HPV papilloma virus. avec le déplacement vers des souches non couvertes par le vaccin et une flambée des cancers du col contre lequel le vaccin est sensé protéger.

Seulement voilà, il semble que le virus de la rougeole mute, ou plutôt que d’autres souches apparaissent ou se répandent, comme la B9.

Qui plus est, non seulement le vaccin n’apporte pas comme on l’a dit longtemps, une immunité à vie, mais les sujet vaccinés peuvent aussi transmettre la rougeole.

C’est toute la théorie vaccinale qui s’effondre. Le Pr Didier Raoult évoquait cela dans un article.

Nous sommes peut être là à l’aube d’une nouvelle problématique ou la nature s’échapperait face à nos deux armes prétendument absolues de la médecine: les antibiotiques et maintenant les vaccins. Et avec une belle idée, ne gâchons pas nos meilleures armes en les utilisant trop.

.../...

Posté par LUMIERE34 à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2019

BINCHOTAN : LE SECRET MILLENAIRE POUR UNE EAU PURE

  • "Les branches sont chauffées à basse température plus de 15 jours"

 Il y a bien longtemps que les Japonais ont trouvé la solution pour purifier l’eau. La tradition du Binchotan remonte à l’époque Edo, au XVIIe siècle. À cette époque, et comme partout dans le monde, se posait cruellement le problème de boire une eau pure, qui ne soit pas souillée par des micro-parasites, des toxines ou des bactéries. Les Chinois avaient déjà inventé le principe du charbon actif et avaient testé sa capacité à absorber les substances indésirables.

Les Japonais ont perfectionné ce savoir en créant le Binchotan ou « charbon blanc ». Le seul vrai Binchotan est fabriqué à Wakayama, à partir de branches de chêne vert du Japon. Les branches sont chauffées à faible température pendant plus de quinze jours, puis à… 1 000 degrés pendant 24 heures, avant d’être refroidies sur un lit de cendres blanches, d’où le nom du charbon. Il est constitué de 90 % à 97 % de carbone, contre une moyenne de 65 % pour les autres charbons actifs. Grâce aux micro-canaux qui le traversent, il absorbe les métaux lourds, le plomb, le mercure, le cadmium, le cuivre et le chlore.

Il a la capacité de réduire la présence des antibiotiques, des pesticides et herbicides, des stupéfiants, détergents et solvants organiques, mais aussi de certaines toxines bactériennes, venins et poisons. Il est commercialisé sous forme de petit bâton à mettre dans son pichet d’eau.

Laisser le Binchotan agir pendant un temps minimum de 4 heures pour obtenir une eau douce au goût délicat. 12 heures est le temps idéal pour obtenir la qualité d’une eau de source. Chaque Binchotan permet un filtrage de 6 mois, si celui-ci est bien entretenu. Il faut chaque semaine le plonger dans l’eau bouillante pendant 10 minutes pour qu’il relargue ce qu’il a absorbé et qu’il se nettoie tout seul, puis le laisser sécher à l’air libre avant de le réutiliser.

Au bout de 6 mois, vous pouvez le mettre dans le frigo pour absorber les odeurs, le concasser et l’ajouter au terreau de vos plantes ou le brûler pour faire un bon barbecue, car c’est le seul charbon qui ne dégage pas de fumée et qui produise une chaleur constante.

(vous pouvez trouver ce produit sur le Net)

Posté par LUMIERE34 à 16:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

L'EAU POTABLE EST BOURRE DE MEDICAMENTS

(par Michel DOGNA)


L'eau potable est bourrée de médicaments

S'il est un domaine où la France à tendance à faire la course dans le peloton de tête, c'est bien la consommation de médicaments. Ainsi, en 2012, quelque 175.500 tonnes de médicaments ont été vendues en France, dont environ 5.500 tonnes dédiées aux animaux d'élevages. Ce tonnage de chimie pharmaceutique qui fait de la France la première consommatrice de médicaments en Europe, est également à l'origine d'une contamination de la ressource en eau potable.

Plus de la moitié des 48 boîtes de médicaments que chaque Français ingurgite en moyenne chaque année, n'est pas retenue par nos organismes et se retrouve finalement dans les eaux de surface via des stations d'épuration non conçues pour les traiter. Dans ces conditions, rien d'étonnant que les rares études existantes relèvent trois grandes familles de molécules dans les eaux de surface :

  • des œstroprogestatifs (pilules contraceptives),
  • des tranquillisants (les Français sont les premiers consommateurs d'antidépresseurs au monde),
  • des anticancéreux.

Or, bien que connue et de plus en plus souvent dénoncée, cette contamination n'est quasiment pas étudiée, et encore moins combattue. Il y a pourtant urgence. Ces médicaments sont actifs à très faible dose et certains peuvent s'accumuler dans l'environnement (la biodégradabilité médicamenteuse oscille entre 10 et 90%).

Mais, outre leur potentielle nocivité, le cocktail de leur dissémination dans le milieu naturel inquiète. Plusieurs études soulignent d'ores et déjà, la féminisation d'espèces animales.

Trois grands risques identifiés

L'année dernière, un rapport dédié de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a estimé le risque négligeable, tout en reconnaissant un manque de données sur l'exposition et l'évaluation de la toxicité ad hoc (seules deux molécules d'origine médicamenteuse ont été analysées, alors que l'on en trouve plus de 160 dans l'eau).

Néanmoins, dans les pays occidentaux, on relève habituellement trois grands risques :

  • féminisation des caractères sexuels,
  • résistance aux antibiotiques,
  • dérèglement du système endocrinien.

Face à cette situation, plusieurs causes expliquent l'absence de réaction étatique et de non prise en compte dans les critères de potabilité de l'eau. Aujourd'hui, les critères sont obsolètes et il en va de même des méthodes d'analyses et de l'interprétation qui en est éventuellement faite.

Si le risque est considéré comme négligeable - car lorsqu'on ne cherche pas on ne peut pas trouver - la non prise en compte de la toxicité à de très faibles doses, le caractère redondant de l'exposition et l'effet cocktail des multiples substances présentes font qu'il est impossible de définir des critères de potabilité exhaustifs, et encore moins de les évaluer. Il en va d'ailleurs de même pour les pesticides.

De l'eau marron ? Rien d'anormal monsieur !

A titre d'anecdote, dans un village de l'Essonne où j'ai vécu pendant 23 ans, un beau matin l'eau du robinet était devenue marron. J'ai téléphoné à la mairie - ainsi que beaucoup d'autres - pour demander ce qui se passait ; la secrétaire m'assura qu'ils avaient en main la dernière analyse du jour par le service des eaux et que tout était normal. Je me suis insurgé en rappelant que l'eau est par définition incolore inodore et sans saveur. Prévenu, le maire adjoint se rendit immédiatement au laboratoire d'analyses, et il apprit ainsi que le protocole de l'analyse ne portait que sur un ensemble de toxiques statistiquement possibles... Bien entendu, faire le tour du tableau de Mendeleïev chaque jour serait aussi compliqué que coûteux.

Or, une enquête poussée sur les industries du coin permit de découvrir rapidement qu'un atelier de galvanoplastie avait, la veille, purgé (en douce) une cuve d'un sel de chrome dans la rivière attenante ; cette rivière desservait entre autres le bassin de traitement qui alimentait le village. L'analyse du chrome n'était pas prévue, puisque cette pollution n'était jamais survenue auparavant.

Quelles solutions ?

Acheter de l'eau en bouteille n'est pas une bonne solution : c'est coûteux, pénible à transporter, et peu sûr en sécurité sanitaire, en particulier dans les bouteilles plastique qui risquent de contenir des molécules en suspension de plastique et de dioxine, si elles ont été exposées au soleil ou chauffées durant leur transport.

La seule solution vraiment sûre passe par l'achat d'un appareil à osmose inverse pour la cuisine. L'eau qui en sort est complètement déprogrammée, ce qui est une bonne chose, puisque débarrassée de toutes mémoires toxiques, mais elle est trop pure, donc trop déminéralisée. Il suffit d'y introduire un quartz, ou une cuillère à café d'argile à boire, ou encore de la stocker dans un pot en biocéramique.

NOTA : De plus, le traitement de l'eau à l'osmose inverse (inventé pour recycler indéfiniment l'eau... même l'urine à bord des capsules spatiales) vous prémunit d'additifs toxiques au long court prévus par des règlementations stupides, voire malveillantes, tels de l'aluminium pour éclaircir l'eau, ou éventuellement du fluor, pour soit disant protéger les dents

(article paru dans Alternatives Santé)

Posté par LUMIERE34 à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 avril 2019

NE VOUS FAITES PLUS ESCROQUER PAR LA GRANDE DISTRIBUTION AGROALIMENTAIRE !

(par Michel DOGNA)

... Arrêtez de détruire vos enfants avec de la bouffe industrielle malhonnête,
et de plus d’être pris pour des imbéciles au niveau du porte-monnaie.

 

Voici une jolie panoplie de tromperies :

PANIERS DE YOPLAIT : Cherchez partout sur l’emballage, il n’est plus nulle part indiqué «yaourt». Il est vrai que ce qu’il y a dedans n’a plus rien à voir avec du yaourt, et ne mérite que l’appellation de : « spécialité laitière à l’arôme artificiel de fruit », écrite en caractère minuscule.

LA DANETTE : Les consommateurs s’accordent à dire que c’est l’un des produits qui s’est le plus dégradé.

LES MARS : la nouvelle recette de Mars appelée Cœur fondant, introduite en 2007 soi-disant « afin de s’adapter aux nouvelles demandes des consommateurs » a perdu 16 % de son poids, mais est restée au même prix. Les frabricants des MARS se disent donc eux-aussi que " puisque vous ne pourrez payer plus, alors nous vous en donnerons moins ".

LES PIZZAS de supermarché qui étaient autrefois faites avec du fromage et qui sont maintenant recouvertes de "préparation fromagère" (faux fromage). On imagine la "mama" avec toutes les éprouvettes dans la cuisine.

LES BISCUITS PRINCE :  Les personnes qui n’en n’ont plus mangé depuis les années 1980 seront toutes étonnées de la texture new age. En effet, la texture nouvelle génération goûters PRINCE vous donnent des biscuits qui s’émiettent, ne nourrissent pas, ressemblent à du polystyrène expansé et sont beaucoup plus sucrés qu'auparavant.

De fait, les Princes d'aujourd'hui sont beaucoup plus légers qu’avant, et les ingrédients ne sont plus les mêmes. En effet, avant l’été 2008, le célèbre paquet de Prince LU pesait 330 g. À la rentrée, suivante, il ne pesait plus que 300 g, mais coûtait toujours le même prix. La même philosophie que celle de Yoplait dont je vous parlais à l'instant.

Le chocolat qui, jadis, touchait les bords, ne forme plus qu’un petit rond à l’intérieur à peine plus grand qu’une pièce de 2 euros.
Sur le paquet, il n’est d’ailleurs plus écrit "Prince au chocolat"… mais au "goût chocolat".

LES CREMES DESSERT DANONE : Le lobby a imaginé une stratégie assez rusée pour ses pots vendus par quatre -  les pots de crème vanille ou chocolat pèsent 125 g. Vendus par douze ou par seize, ils ne pèsent plus que 115 g. Danone. explique : « Réduire les portions, c’est réduire l’impact en termes de calories ». Autrement dit : "On vous arnaque… mais c’est pour votre bien ! Nous vous protégeons de trop manger de nos produits qui sont mauvais pour votre santé, mais achetez nos emballages que vous jetterez pour alimenter la filière de recyclage qui fait marcher le business".

LE POT DE JOCKEY de 1 kg ne pèse plus que 850 g, les 4 petits pots de 100 g ne pèsent plus que 90 g.

LES NOUVELLES CREMES MONT-BLANC soi-disant avec "encore plus de saveur" sont devenues immangeables. Ne reste que du sucre, du colorant et de la farine pour épaissir.

LE POISSON PANE : où est le poisson ?

Du temps de ma jeunesse, ma mère me faisait parfois du poisson pané (avec les yeux dans les coins). Je me rappelle très nettement que, lorsque je « l’ouvrais », je voyais des sortes de lamelles comme dans du vrai poisson. Ce n’est plus le cas aujourd’hui où seules des raclures de poisson sont agglomérées pour fabriquer ce genre d’aliment. Les "croquettes" de poisson de mon enfance, qui étaient rectangulaires, ont en outre été remplacées par le format "bâtonnet" permettant de mettre proportionnellement beaucoup plus de panure… et moins de poisson.

LES BARRES DE CEREALES style Grany : Elles ont considérablement "maigri". Elles flottent dans leur emballage qui, lui, est resté identique.

FROMAGE DE CHEVRE : Ce n’est pas parce qu’un fromage a une forme de cylindre, ou pyramide… qu’il est fait avec du lait de chèvre ! Beaucoup de fromages de chèvre sont en fait fabriqués à partir de lait de vache aromatisé au chèvre.

L’EAU MINERALE : Pour la plupart des marques, est passée de 1,5 l à 1,25 l, l’eau Saint-Amand est passée à 1 l, la Badoit à 0,75 l.

LE SUCRE EN POUDRE : qui s’était toujours vendu au kilo, est aujourd’hui conditionné dans des sachets en plastique aux couleurs chatoyantes. C’est bien plus pratique pour verser le sucre, il y a un bouchon… mais il n’y a plus que 750 g de sucre dedans !

LE CAFE : Il n’y a plus que 16 dosettes au lieu de 18 dans les paquets "L'Or Intense de Carte Noire"… mais l’apparence du paquet et le prix sont restés les mêmes.

NESTLE et les consommateurs dyslexiques :

Vous connaissez la dyslexie, un problème qui se répand dans la population où les gens confondent et échangent des lettres. Il faut croire qu’un as du marketing de Nestlé a eu l’idée d’exploiter cette faille.

LA TABLETTE NESTLE NOIR DESSERT, qui existait depuis 1971, est passée brutalement en 2013 de 250 g à 205 g, un véritable «trompe-l’œil ». Cette inversion exploite la dyslexie de nombreuses personnes. L’avantage pour Nestlé est double : économiser sur le chocolat, et surtout vous obliger à en acheter deux puisque les recettes traditionnelles sont faites pour 250 g de chocolat ! Génial, tout simplement.

LE CHOCOLAT COTE D’OR : n’est pas en reste ! Les plaquettes de chocolat Noir Orange 70% de cacao ont subi une discrète modification en 2014 : l’image (avec l’orange) était toujours la même. Mais le « 70% » avait disparu. Il faut pratiquement une loupe pour s’apercevoir, dans la liste des ingrédients, qu’il n’y a plus que 56 % de cacao.

LES EMBALLAGES : Ils coûtent cher à l’environnement : sous prétexte de « garder la fraîcheur » de vos biscuits, la plupart sont désormais rangés par deux sous-films plastiques. Sachant que ces sachets sont eux-mêmes dans une barquette en plastique, elle-même dans une boîte en carton, elle-même emballée dans un film plastique… vous remplissez votre poubelle pour huit malheureux biscuits, tandis qu’on vous serine sur Arte qu’il faut « lutter contre le gaspillage » pour protéger la planète ! Mais le business est le business !

LES POTS DE RILLETTES BORDEAUX CHESNEL sont, avec leur fond plusieurs étages, leur double fond, leur couvercle multidimensionnel et leur épaisse couche de gras blanc (saindoux), des chefs d’œuvre d’illusionnisme. Vous achetez un pot qui, extérieurement, semble toujours avoir la même taille. Mais la quantité de rillettes a fondu.

Un lecteur repenti « balance » : « J’ai assumé des responsabilités au niveau direction générale d’une grande marque de produits pour la maison et ces pratiques sont courantes. Exemples :

UN PRODUIT POUR LAVER LA VAISSELLE A LA MAIN se compose essentiellement d’eau, d’un agent nettoyant à base de détergent ou de «teepol» (le produit actif, qui est le plus cher dans la formule), d’un colorant et d’un parfum associé (le colorant jaune sera associé au citron par exemple, le vert à une senteur pin…).

Pour lancer un nouveau produit, le fabricant va doser largement l’agent qui lave et dégraisse vraiment. Les consommateurs vont trouver génial le produit qui dégraisse bien. Une fois fidélisé, le fabricant économise sur la formule en diminuant progressivement le détergent.

Les plus vicieux vont jusqu’à introduire à la place un agent moussant qui ne coûte quasiment rien, mais donne à la ménagère l’impression que son produit « marche toujours » !

LES FLACONS MENAGERS étaient ronds autrefois, et contenaient un litre. On les a aplatit et réduit à 75 cl. Il y a plus de place sur l’étiquette visible (le facing) pour vanter la qualité du nouveau produit ! Plus efficace encore, le flacon de forme «goutte d’eau» qui donne l’impression visuelle qu’il y a plus de produit dedans, à cause de l’effet loupe.

LES PAQUETS DE MOUCHOIRS CARRES : Signalons enfin, qu’on nous a vendus en nous expliquant que le nouveau format « entrait mieux dans la poche ». Moins encombrant, certes, mais avec 9 mouchoirs au lieu de 12 auparavant, et une taille plus petite qui oblige à les jeter plus vite.

 

CONCLUSION : Soyez vigilents avec l’étiquetage,

pour cela, munissez-vous d'une loupe !

Posté par LUMIERE34 à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mars 2019

TELEPHONIE MOBILE : LE DANGER DISSIMULE §

Téléphonie mobile : Le danger dissimulé, est un documentaire (1h08) qui met en lumière comment les normes d’émissions trompent les peuples, comment notre santé est menacée de façon dramatique, et comment les dangers sont intentionnellement dissimulés. Antennes relais, 5G pire que tout avec aussi les compteurs EDF/Enedis Linky, Wifi, tous les appareils sans fil ou connectés, Bluetooth, Box, micro-ondes, etc., sont des ondes nuisibles et très dangereuses pour les humains, les animaux, et même la flore...

La proportion de dommages causés aux personnes, aux animaux et aux plantes est déjà très avancée. Les médias nous dissimulent l’étendue des faits, les lobbies de la téléphonie mobile dissimulent intentionnellement les dangers, et les autorités compétentes acceptent trop facilement les maladies graves, puisque l'argent perçue des taxes est plus important que la santé des gens...
Les enfants et les adolescents sont particulièrement vulnérables aux ondes et radiations. Interphones, smartphones, tablettes, jouets, consoles, routeurs sans fils, sont autant de dangers dont il faut tenter de se protéger en réduisant l'exposition aux ondes.

Les dangers pour la santé des irradiations par les ondes électromagnétiques artificielles sont de loin beaucoup plus menaçants pour la santé que nous le croyons.
Ce film documentaire, du réalisateur Klaus Weber, met à la lumière et apporte les preuves sur des faits avérés comme : Comment les normes d’émissions radiatives micro-ondes trompent la population, comment notre santé est menacée de façon dramatique, comment les dangers sont intentionnellement dissimulés, etc.

Concernant les antennes relais de téléphonie mobile, les dommages causés par une irradiation pérenne des ondes électromagnétiques artificielles des Hautes Fréquences micro-ondes sont super dangereuses, pareillement pour le Wifi, le DECT ou autres appareils rayonnants.
La proportion de dommages biologiques, pathologies sanitaires telles que tumeurs, cancers, maladies neurodégénératives, ou autres maladies liées, et l’EHS, causés aux personnes, aux animaux et aux plantes, est elle aussi savamment et intentionnellement dissimulée par les autorités de santé sous la pression des lobbies des opérateurs, protégés même par l’État qui n'y voit que son intérêt financier.

(next-up.org/France)

Le professeur Dominique Belpomme, 70 ans, cancérologue, considère que l'électrosensibilité fait partie des nouvelles maladies environnementales, au même titre que les pathologies dues à l'amiante, aux pesticides, aux pollutions, et autres perturbateurs endocriniens.
A tous ceux qui l'accusent de charlatanisme parce qu'il dérange les multinationales et l’État qui récolte les taxes, il rétorque : "Pasteur aussi était regardé avec méfiance par ses confrères jusqu'à ce qu'il découvre les microbes !"

Quand on parle de rayonnement, il faut distinguer les ondes émises par les téléphones portables de celles des antennes relais. Plusieurs études ont montré que l'utilisation excessive (plus d'une heure par jour pendant cinq ans) du téléphone portable sans oreillette peut augmenter les risques de tumeur au cerveau et avoir des effets négatifs sur la fertilité masculine.
En 2010, on avait parlé de "Tchermobile", jeu de mots macabre rappelant qu'après la catastrophe de Tchernobyl le nombre de cancers de la thyroïde avait explosé.

La téléphonie mobile n'est pas seule en cause, toute la technologie sans fil est concernée comme les téléphones, le Wifi, et d'autres objets de la vie courante tels les micro-ondes, les babyphones, certains jouets, tous les appareils connectés sans exception, et même les appareils médicaux, Scanners, IRM, etc.
Les mesures de précaution ne sont pas du goût des opérateurs. Elles freinent leurs profits, mais ils savent aussi très bien qu'ils auraient encore plus à perdre dans des procès comme ceux de l'amiante ou du Médiator. C'est pourquoi ils financent la recherche et s'entourent de scientifiques. Mais leurs experts sont-ils crédibles ? Pierre Encrenaz plaide pour que les études soient désormais prises en charge par le public, afin de tordre le cou à tout soupçon de conflit d'intérêts. Peine perdue, ce sera le profit avant tout...

Depuis 2014, on sait que le cerveau des rats s’altère quand il est exposé à la 4G. Alors qu’en sera-t-il avec la 5G, annoncée pour 2020 ?
Tout le monde s'accorde à reconnaître que les enfants sont plus vulnérables aux champs électromagnétiques, dès lors que leurs os et leurs tissus sont plus fins et que leurs organes sont en développement. Dans ces conditions, quel parent bien informé équiperait son enfant d'un tel gadget, même dans un souci de sécurité ?

On nous dit toujours que rien n'est prouvé lorsqu'on parle des ondes, des portables, des antennes-relais, du Wifi, du téléphone sans fil, des consoles, etc. C’est faux, on dispose de plus de 3.000 études scientifiques sur le sujet !
La moitié de ces études pointent ou démontrent des dangers liés à l'exposition à ces nouvelles technologies sans fil. L'autre moitié des études concluent à l'absence de dangers mais, problème, ces dernières sont financées ou suscitées par les industriels du secteur. Ça ne vous rappelle rien ? Les industriels du tabac avaient mis au point ce qu'ils avaient eux-mêmes baptisé "la fabrique du doute". Chaque fois qu'une étude sortait avec des preuves de la nocivité du tabac, les industriels finançaient une étude en réplique pour démontrer l'inverse.
Pour chaque étude démontrant un danger, les industriels concernés s'arrangent pour que sorte une nouvelle étude contredisant les premiers résultats... Et le peuple se laisse manipuler...

Les politiques, trop souvent proches des intérêts économiques, traînent la patte pour prendre les mesures nécessaires à la protection de la population. Alors éclate le scandale : Amiante, tabac, éthers de glycol, hormones de croissance, Médiator, bisphénol A, la liste est excessivement longue... !
L'Organisation Mondiale de la Santé a classé les radiofréquences utilisées pas les technologies sans fil dans la catégorie des cancérigènes. En 2010, une loi interdisant la commercialisation de téléphones portables et autres objets communicants aux enfants de moins de six ans a été votée. Cette loi n'est toujours pas entrée en application !!
(robindestoits.org/)

- Récapitulatif du danger de la téléphonie mobile


- Symptômes répertoriés sur plusieurs sites chez des personnes exposées aux radiofréquences   de la téléphonie. Par le Dr Eliane Spitery
- Le danger pour ma santé ? Et de mon enfant, bébé, fœtus, et les autres...

- Articles de Sott.net :


Jamais-rien-vu-de-tel-comment-les-smartphones-ont-detruit-une-generation
Le-telephone-portable-m-a-detruit-la-sante-avoue-l-ex-directeur-de-technologie-chez-Nokia
Une-demi-heure-de-telephone-portable-par-jour-multiplierait-par-2-ou-3-le-risque-de-tumeur
Augmentation-de-290-du-risque-de-tumeur-cerebrale-apres-10-ans-d-utilisation-d-un-portable
Une-etude-demontre-les-effets-nocifs-des-ondes-de-portable
Les-smartphones-modifient-le-fonctionnement-du-cerveau

Etc.  >> "Faites vos propres recherches. Il y a plein de sources !"

 

Posté par LUMIERE34 à 16:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

FANTOMES ET ESPRITS : SONT-ILS PARMI NOUS ?

(par Galaxien)

Fantômes et esprits : Sont-ils parmi nous ?, est un documentaire (1h27) de la série Dossiers Surnaturels, qui s'intéresse à ces phénomènes dits paranormaux. De tous les temps, des femmes et des hommes relatent des histoires vécues, que même la science moderne ne peut expliquer avec exactitude ou preuve, puisque impalpable et que dans cette dimension immatérielle, le temps et le corps physique n'existent pas...

https://rutube.ru/video/982d8b3ea3b5250 ... /?ref=logo

Certaines personnes affirment pouvoir communiquer avec les morts. Celles-ci seraient capables de prendre des photos du "visage et du corps" des fantômes ou même d’écouter et de discuter avec les esprits.

Qui sont ces femmes et ces hommes qui parlent avec l’au-delà ? Quels sont leurs techniques et leurs étranges pouvoirs ? Peuvent-ils réellement parler avec les morts ?
Quelquefois, sans qu’on les appelle, les morts viennent hanter les vivants. Ce sont des fantômes parfois bienveillants, mais aussi souvent effrayants, qui transforment la vie de certaines personnes en cauchemar. Comment se débarrasser de ces spectres ou de ces esprits frappeurs ?
Nous allons, grâce à ce documentaire, partir à la rencontre de spécialistes, de médiums et de chasseurs de fantôme. Professionnels ou amateurs, la plupart du temps bénévoles, ils consacrent une grande partie de leur vie à tenter d’entrer en contact avec les morts…

Les fantômes se manifesteraient sous différentes formes et dans différentes activités. Certains, comme les esprit frappeurs ou poltergeist, se manifestent par des bruits bizarres ou des déplacements d’objets, mais n’impliquent pas de lien avec un mort. D’autres ne font qu’apparaître et disparaître sans se manifester d’aucune sorte. D’autres enfin, sont "convoqués" par les médiums, on les appellent alors des ectoplasmes.

Les explications philosophiques d’apparitions de fantômes : Selon le philosophe H.H. Price, ces visions seraient possibles, car la matière et l’espace sont tout deux imprégnés d’une substance invisible capable de conserver les impressions laissées par les vivants. Cette substance est "l’éther physique". Elle pourrait également expliquer l’apparition de fantômes sur des photographies.
Il paraîtrait que les apparitions de fantômes s’estompent avec le temps, apparaissant de moins en moins souvent ou alors dans des conditions atmosphériques exceptionnelles...

Les explications psychiatriques des apparitions de fantômes :

La psychiatrie nous propose l’explication suivante : Les fantômes sont les manifestations de divers désirs inconscients, de sentiments tenaces de culpabilité, d’imaginations disparates. Dès lors, il paraît parfaitement possible que par exemple, une femme puisse créer inconsciemment l’image bidimensionnelle de son époux disparu, ou vice-versa...

Dans ce documentaire, Yves Lignon intervient pour apporter son expérience. Né en 1943, c'est un universitaire français, défenseur de la parapsychologie, conférencier et auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur le paranormal. Il soutient la thèse selon laquelle la réalité de plusieurs phénomènes parapsychologiques a été mise en évidence par la méthode expérimentale.

"Au-delà des faits d'observations humains qui risquent toujours d'être remis en cause, il y a les expériences de laboratoire. Les plus anciennes datent de 150 ans et on en réalise toujours dans les Instituts de Parapsychologie, sur tous les continents.

Les résultats positifs continuent de s'accumuler. Je suis très ferme : Si certains témoignages stupéfiants ont joué un rôle essentiel en mettant les chercheurs sur la piste, ce sont bien des expériences, aussi rigoureuses que des expériences de biologie, qui ont fourni la preuve, la "preuve scientifique", j'insiste, de l'existence des phénomènes parapsychologiques", dit-il.

https://rutube.ru/video/982b1402d10fc5d ... /?ref=logo

(source : http://www.inexplique-endebat.com/2016/ ... -nous.html)

 

Posté par LUMIERE34 à 16:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA CONSCIENCE INTUITIVE EXTRANEURONALE EN LUMIERE

Dans son nouvel ouvrage, l’anesthésiste-réanimateur Jean-Jacques Charbonier éclaire le concept d’une conscience délocalisée, autonome et indépendante du cerveau - mise en jeu, notamment, au cœur de l’expérience des ateliers de TCH.

Qu’est-ce que la conscience intuitive extraneuronale (CIE) ?

C’est une source d’informations accessible en-dehors de toute analyse. Une expansion de conscience.

En ce sens, le 15 décembre 2014 est une date historique : pour la première fois, l’hypothèse d’une conscience totalement indépendante de la matière, qui agit sur le cerveau à la manière d’un nuage électronique sur un ordinateur, est reconnue officiellement dans une thèse de doctorat (soutenue à la faculté de médecine de Reims par François Lallier, thèse que j’ai dirigée), bousculant le concept d’un cerveau sécréteur de conscience. J’ai nommé « conscience intuitive extraneuronale » ou CIE, cette source indestructible d’informations qui fait de chacun de nous un être unique, éternel et totalement relié aux différentes énergies spirituelles de l’Univers.

Cette hypothèse permet d’expliquer les expériences particulières vécues par certaines personnes au cours de leur arrêt cardiaque. À la lumière des témoignages d’EMP, le cerveau ne peut être qu’un récepteur d’informations extraneuronales, et ces informations - reliées à cette conscience que j’appelle « intuitive », délocalisée dans le temps et l’espace - persistent après la mort. Ce concept permet aussi d’intégrer dans la normalité des phénomènes paranormaux : médiumnité, intuition, prémonition, télépathie, décorporation, vision à distance et autres perceptions dites extrasensorielles.

En quoi la CIE diffère-t-elle d’un état de conscience ordinaire ?

La CIE donne accès à des performances inaccessibles à notre conscience ordinaire ; à un champ de conscience universel qui contient l’ensemble des informations de l’Univers. C’est ainsi que de nombreux récits « d’expérienceurs » évoquent une omniscience quand ils étaient dans la lumière de leur EMP. Alors que la conscience conventionnelle, que j’ai appelé « conscience analytique cérébrale » (CAC), trie et traite toutes les informations sensorielles reçues en se référant à celles qui sont déjà stockées. Elle nous localise dans l’espace et le temps. Quand la CAC est activée, la CIE est inhibée : dès que le filtre cérébral se met en marche, il y a blocage des informations relatives à la conscience intuitive extraneuronale, trop dissonantes pour être acceptées par notre conscience ordinaire.

Comment cette forme de conscience entre-t-elle en jeu dans les ateliers de TCH ?


L’idée centrale de ces ateliers, qui recourent à l’hypnose, est de ralentir l’activité électrique du cerveau, afin de faciliter l’accès à cette source d’information extrasensorielle. Car dès que la CAC est inhibée (pendant le sommeil, le coma, l’anesthésie générale, l’arrêt cardiaque, l’hypnose, la méditation, la transe chamanique, l’utilisation de substances psychotropes comme le LSD, l’ayahuasca, l’iboga), la CIE entre en action. C’est un éveil ! La TCH cherche donc à mettre en communication la CIE des participants avec celle de leurs défunts, via l’hypnose.

(source : https://www.inrees.com/articles/conscie ... harbonier/)

 

 

Posté par LUMIERE34 à 16:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

DOCUMENTAIRE : LA SCIENCE DE L'HOMEOPATHIE

Enfin les preuves scientifiques des fondements de l'homéopathie, présentées par le Pr. Luc Montagnier, le Pr. Marc Henry, le Pr. Albert-Claude Quemoun, le Dr. Béatrice Milbert et Emmanuel Ransford.

Dans cette première version sans animations, vous découvrirez comment le cadre de la physique quantique permet de comprendre le fonctionnement des médicaments homéopathiques.
Pour cela il faut élargir notre cadre de pensée, qui depuis toujours est un cadre de physique classique. En se plaçant dans un cadre quantique on est capable d'expliquer scientifiquement une plus grande partie de l'Univers qui nous entoure. Alors que dans un cadre classique on ne peut en comprendre qu'une petite partie. Grâce à ce nouveau cadre de compréhension il est alors possible d'étudier les différentes structures de l'eau et d'expliquer comment l'information peut être enregistrée sous la forme de spectres de fréquences.
C'est en utilisant une démarche quantique et la compréhension des structures de l'eau qu'il est possible d'expliquer le fonctionnement des médicaments homéopathiques.

Ce documentaire est basé sur des interviews réalisées lors d'un congrès dédié à l'Homéopathie, la Physique Quantique et la Mémoire de l'Eau. Vous pouvez retrouver l'intégralité des interviews et des conférences à l'achat sur la clé USB du congrès en envoyant un mail à contact@dejourenjour.org Une prochaine version du documentaire sera réalisée, incluant des animations explicatives et une voix off pour permettre une compréhension plus accessible des explications données.

  
 

Posté par LUMIERE34 à 15:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]